Il était détenu depuis 2016 par le barrage d’Itaipu au Brésil. Le record mondial de production d’électricité a été décroché en 2020 par une centrale chinoise. Il s’agit du célèbre barrage des Trois-Gorges, qui a produit plus de 111 TWh l’année dernière.

Avec ses 32 générateurs de 700 MW et sa retenue longue de 600 km, l’usine hydroélectrique des Trois-Gorges en Chine est désormais la centrale la plus foisonnante du monde. Depuis sa mise en service en 2012, elle était déjà la plus puissante grâce à ses 22,5 GW installés. En 2020, dopée par d’importantes précipitations, elle a donc détrôné le tout aussi gargantuesque barrage d’Itaipu au Brésil. Le barrage a produit 111,795 TWh au cours de l’année dernière, selon son exploitant China Three Gorges Corporation.

C’est deux fois plus que la production cumulée de l’ensemble des centrales hydroélectriques de France (58,5 TWh en 2019). À l’échelle de la Chine, cela représente seulement environ 3 % de la consommation du pays, toujours très carbonée. D’après l’exploitant, le barrage des Trois-Gorges aurait permis d’éviter le rejet de 86 millions de tonnes de CO2 et de brûler plus de 31 millions de tonnes de charbon.

Publicité


Ce record ne permet toutefois pas d’étancher la soif de croissance chinoise. Plusieurs villes du pays ont connu ces derniers mois d’importantes coupures de délestage. En faute : le manque de charbon, qui compte pour 62 % dans le mix énergétique et une demande insatiable. Par ailleurs, l’Empire du milieu continue à construire de nouvelles centrales au charbon, à contre-courant de ses récents engagements climatiques.