L’ADEME a publié début avril une note dans laquelle elle liste les opportunités et contributions de la filière hydrogène pour la transition énergétique. Pour l’agence française de l’environnement, l’hydrogène produit à partir d’énergies renouvelables pourrait être l’un des vecteurs forts de la transition énergétique au cours des prochaines années.

Solution de stockage

Si l’hydrogène est aujourd’hui majoritairement produit à partir d’énergies fossiles, la montée en puissance du renouvelable devrait contribuer à « verdir » la filière. Solaire, éolien… les ENR apportent la promesse d’une énergie propre et infinie mais posent de nombreuses questions quant à la gestion des fameuses énergies intermittentes. Non consommés, ces surplus de production pourraient être stockés par différents vecteurs dont l’hydrogène via le processus « Power to Gas ». Si la solution n’est pas sans perte lors du processus de transformation contrairement au stockage « batterie », elle offre l’avantage d’avoir des capacités beaucoup plus importantes que les batteries actuelles.

Un hydrogène « vert » qui pourrait faire office d’énergie « tampon » pour être reconverti et réinjecté dans le réseau électrique en cas de besoin ou servir à l’état brut pour d’autres applications comme l’alimentation des véhicules à hydrogène ou les besoins de l’industrie. En France, l’industrie emploie actuellement plus de 900.000 tonnes d’hydrogène par an avec une production d’origine fossile qui représente pas moins de 7,5% des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie française.

Ecosystème local

Plus localement, l’hydrogène pourrait également être mis en place à l’échelle d’un bâtiment, d’un ilot ou d’un village pour favoriser l’autoconsommation. Une solution qui serait encore une fois complémentaire avec le stockage batterie avec des autonomies pouvant aller de plusieurs jours à plusieurs mois. « La pertinence économique de cette solution commence à être réelle pour certains sites non interconnectés au réseau électrique continental, dans les collectivités d’outre-mer par exemple » note le communiqué de l’ADEME.

Sur l’Ile de La Réunion, un tel dispositif est déjà expérimenté depuis l’été 2017 à La Nouvelle, un village isolé au cœur du cirque de la Marafe où un système de stockage associant batteries et hydrogène a été mis en place. L’installation comprend une production photovoltaïque (7,8 kWc), des batteries lithium (15,6 kWh), un électrolyseur, une pile à combustible (3 kW) et une solution de stockage d’hydrogène d’une capacité de 3 kilos. Un écosystème qui permet à trois bâtiments du village d’être 100% autonomes en énergie. Si les résultats de l’expérimentation s’avèrent concluants, le système pourra être attendu à l’ensemble du village qui pourra alors se passer de ses groupes électrogènes au fioul.

A Avignon, c’est un magasin de la chaîne BioCoop qui sera prochainement rénové pour accueillir un système associant batteries et production d’hydrogène, le tout associé à un dispositif de pilotage intelligent de l’énergie.

Et vous ? Que pensez-vous de l’hydrogène ? A-t-il sa place et un rôle à jouer dans la transition énergétique ?

En savoir plus : télécharger la note de l’ADEME

 

Notez cet article