La première méga-batterie flottante du monde sera bientôt lancée aux Philippines. Conçue par le fabricant de moteurs nautiques Wärtsilä, la barge permettra de stabiliser le réseau électrique local. À l’avenir, elle pourrait être une solution alternative aux navires-centrales thermiques très polluants.

Wärtsilä évoque souvent les gigantesques moteurs au fioul qui équipent paquebots et portes-containers. Le constructeur finlandais est moins connu pour ses activités de conception et fabrication de générateurs et centrales électriques. Sa division énergie va pourtant assembler la toute première batterie flottante du monde. Commandé par Therma Marine, une filiale de l’énergéticien philippin Aboitiz Power Corporation, le dispositif viendra sécuriser le réseau électrique local.

Logée dans des conteneurs standards

Le concept est simple : il s’agit d’une barge prête-à-connecter, sur laquelle sont installés des conteneurs maritimes standards abritant plusieurs batteries ainsi que toute la machinerie électrique nécessaire. Si Wärtsilä commercialise déjà son système de batteries-conteneurs baptisé « GridSolv Max », c’est la première fois qu’il équipera un support flottant.

Les dix boîtes délivreront une puissance maximale de 54 MW pour 32 MWh de capacité de stockage. Une quantité équivalente à la consommation quotidienne en électricité d’environ 13 500 habitants aux Philippines. En France, où la consommation par habitant est bien plus élevée, la batterie permettrait de couvrir les besoins journaliers d’environ 2500 personnes.

Un conteneur Wartsila GridSolv Max, qui abrite 3,2 MWh de batteries. / Image : Wartsila

Déployable très rapidement

Le système sera amarré au port de Maco dans la région du Davao de Oro au cours du dernier trimestre 2021. Un délai particulièrement court, la commande ayant été passée en septembre 2020. Il s’explique notamment par la conception et fabrication, de la barge à la batterie, entièrement réalisées par Wärtsilä. Si le premier modèle sera accolé à une centrale flottante au diesel existante, le concept peut tout à fait servir au stockage d’électricité d’origine renouvelable.

Les centrales thermiques flottantes, un danger sanitaire

Plusieurs pays en proie à des pénuries d’électricité utilisent aujourd’hui des navires-centrales au fioul pour palier leurs carences. Un mode de production extrêmement préoccupant puisqu’il génère une importante pollution au cœur des villes et rejette de grandes quantités de CO2. Associée à des panneaux photovoltaïques et éoliennes « de secours », la méga-batterie flottante constitue une alternative pertinente. Reste à rendre ses coûts et sa facilité d’installation aussi attractifs qu’une centrale flottante classique.