Robert Habeck, le ministre allemand de l’économie et du climat engage ses compatriotes à faire des économies d’énergie pour « énerver Poutine ». Très dépendant des importations de gaz russe, Berlin cherche à diversifier au plus vite ses approvisionnements en énergie mais aussi à réduire ses consommations pour accélérer la transition.

« Je demande à chacun et chacune de participer dès maintenant aux économies d’énergie », a déclaré le ministre lors d’une rencontre avec des journalistes allemands. « Si vous prenez votre vélo ou le train pour vous déplacer, ce sera bon aussi pour votre portefeuille et vous énerverez Poutine », a-t-il ajouté. « Il y a des petites mesures très simples à prendre, mais mises bout à bout, elles contribuent beaucoup. En moyenne vous pourriez économiser sans trop de sacrifices 10 % de vos consommations d’énergie », estime Robert Habeck, membre des Verts allemands.

Pour illustrer ses propos, il donne quelques exemples : « En fermant les tentures le soir vous pouvez économiser jusqu’à 5 % de chauffage et si vous diminuez la température intérieure d’un degré seulement, c’est 6 % d’économie supplémentaire. Ce sera peut-être un peu moins confortable, mais vous n’aurez pas froid », explique-t-il.

Lire aussi : Les pistes ne manquent pas pour réduire la dépendance européenne aux énergies russes

L’Allemagne s’engage dans une direction opposée à celle de la France

Avant la guerre en Ukraine, plus de la moitié du gaz utilisé en Allemagne était importé de Russie. Mais le pays a déjà réussi à réduire cette proportion à 40 % en cherchant des alternatives auprès d’autres fournisseurs et en accélérant sa conversion aux énergies renouvelables. Il espère ainsi pouvoir se passer totalement du gaz russe d’ici 2024.

La nouvelle coalition au pouvoir à Berlin a notamment adopté d’importantes mesures pour réduire les freins au développement des parcs éoliens onshore. Elle prend donc une direction radicalement opposée aux programmes énoncés en la matière par les deux finalistes de l’élection présidentielle en France.

Lire aussi : Comment sortir rapidement de la dépendance aux énergies fossiles russes ?

Lire aussi : Guerre en Ukraine : les actions des énergies renouvelables crèvent les plafonds