La création de la société d’économie mixte locale (SEML) appelée « Axe Seine Énergies Renouvelables » a été validée par le conseil de Paris le 9 février 2022, après avoir déjà reçu l’accord des villes de Rouen et du Havre.

Après un an de négociations et malgré les critiques de l’opposition parisienne, la SEML a finalement vu le jour pour un lancement effectif prévu au début du printemps 2022. Son objectif est de développer une cinquantaine de projets en matière d’énergie renouvelable dans le secteur de la vallée de la Seine pour atteindre une puissance installée de 250 mégawatts (MW) d’ici 2030.

Le champ d’action de cette société est large puisqu’il concerne à la fois l’éolien et le photovoltaïque mais également la biomasse, l’hydrogène vert ou encore la récupération de chaleur.

Les trois métropoles participent au capital social de la SEML, qui nécessitera également des investisseurs privés pour pouvoir fonctionner. Un premier partenaire a été déjà été trouvé, il s’agit d’une branche de la Caisse des dépôts et consignations, la Banque des territoires.

Lire aussi : Géothermie : l’Ile-de-France exploite de mieux en mieux son énorme potentiel

Les premiers projets attendus dès 2022

Les premiers appels à projets, lancés dans le cadre d’un cycle d’appels à manifestation d’intérêts (AMI) devraient concerner d’abord des installations éoliennes et photovoltaïques début 2022. Les projets retenus en septembre 2022 obtiendront le label « Axe Seine énergies renouvelables » et bénéficieront d’un soutien financier et logistique pour leur mise en œuvre.

Enfin, une association « Entente de l’Axe Seine » est également créée aux côtés de la SEML pour réunir la Maire de Paris, Anne Hidalgo ainsi que ses homologues du Havre et de Rouen, Édouard Philippe et Nicolas Mayer-Rossignol. La Métropole Grand Paris ainsi que l’agglomération Grand Paris Sud en font également partie.

Lire aussi : La coopérative citoyenne EnerCit’IF installe des centrales solaires sur les toits de Paris