« Parce que la transition énergétique nous concerne tous, à nous de choisir si on veut en devenir acteur ou la subir ». C’est le message que lance EnerCit’IF aux Parisiens. Première coopérative citoyenne de la Ville Lumière, ses fondateurs proposent aux habitants de s’associer pour produire de l’électricité renouvelable en finançant et en exploitant des petites centrales photovoltaïques. La première a été installée en juin sur le toit du centre d’animation Louis Lumière dans le 20e arrondissement.

Un projet d’énergie citoyenne, c’est un collectif de personnes qui mettent en commun du temps, des compétences et de l’argent au service d’un nouveau modèle énergétique sobre, renouvelable, local et démocratique. 

Créée en 2019, EnerCit’IF rassemble déjà plus de 300 coopérateurs. « Notre objectif est d’en compter un millier fin 2020 et plusieurs milliers dans les années qui suivent » explique Patrick Gèze, son président. Si l’appel est lancé en particulier aux habitants de la capitale française, d’autres citoyens de tous horizons sont aussi les bienvenus.

Publicité
Installation de panneaux solaires
Installation de panneaux solaires

Demandez 3 devis comparatifs aux installateurs de votre région. Gratuit, sans pub et sans engagement.

L’initiative des fondateurs de la coopérative s’appuie sur les « Quartiers populaires à énergie positive », du Conseil de Paris, lequel a voté en 2019 la mise à disposition d’EnerCit’IF de 9 toitures d’établissements publics parisiens, pour y installer les premières centrales solaires citoyennes.
Ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan Climat Energie Territorial de la ville de Paris (PCET) qui vise 100 % d’énergie renouvelable en 2050, dont 20 % produits localement, avec une implication des citoyens.
D’après l’Agence Parisienne du Climat, il faudra, pour atteindre cet objectif, couvrir d’installations solaires, 20% des toits parisiens d’ici 2050.


>>> Lire aussi : Investir dans une coopérative citoyenne : un placement éthique et rentable


La première centrale a été installée en juin 2020

« Pour commencer nous envisageons de développer des installations photovoltaïques de petite et moyenne puissance. Et plus tard, des centrales plus importantes, puis éventuellement d’autres énergies renouvelables  » peut-on lire sur le site de la coopérative.

La première centrale solaire d’EnerCit’IF a été mise en service sur le toit du centre d’animation Louis Lumière dans le 20e arrondissement ! 
Grâce aux bénévoles, le chantier, qui s’est déroulé du 9 au 18 juin, a permis de poser sur la toiture 112 panneaux photovoltaïques qui totalisent une puissance de 36 kWc. Soit l’équivalent de la consommation de 12 foyers. Des professionnels du solaire ont assisté les coopérateurs bénévoles pour superviser l’installation. Les panneaux photovoltaïques ont été assemblés en France et en Europe.
L’électricité produite est revendue d’abord à Enedis, pour des raisons réglementaires, ensuite elle sera proposée à des fournisseurs coopératifs d’électricité renouvelable comme Enercoop.


>>> Lire aussi : L’installation photovoltaïque d’une école financée par les parents


L’intérêt, c’est surtout la sensibilisation des Parisiens

A court terme, l’objectif de la coopérative est d’installer d’ici fin 2020, 3.000 m² de panneaux solaires sur les toits des 9 bâtiments publics concédés par le Conseil de Paris, dont 8 établissements scolaires. Lorsqu’ils seront raccordés au réseau, ils totaliseront une puissance de 500 kWc, ce qui correspond à la consommation annuelle d’environ 170 foyers (hors chauffage). « C’est une goutte d’eau dans la Seine », reconnaît humblement Patrick Gèze. « Mais l’intérêt de la démarche, c’est surtout la sensibilisation des Parisiens ». EnerCit’IF compte en effet proposer des actions d’information et de sensibilisation à la transition énergétique à destination des Parisiens, et en particulier des élèves des écoles concernées en partenariat avec les équipes enseignantes.

Précisons encore qu’outre les 9 centrales prévues sur les bâtiments alloués par la Ville de Paris, EnerCit’IF poursuit un autre projet : celui d’en installer 6 autres sur des toits de HLM.
Récemment, trois bailleurs sociaux de la capitale se sont joint à l’initiative : Paris Habitat, RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) et Elogie Siemp. Par une convention signée avec la coopérative, ils s’engagent à mettre à disposition deux ensembles HLM chacun. Deux de ces centrales seront installées sur des toitures végétalisées.


>>> Lire aussi : Parcs solaires participatifs : quand les citoyens s’associent pour produire leur énergie