Poussés par la transition énergétique, les projets d’usines  d’hydrogène renouvelable fleurissent. Un puissant électrolyseur doit voir le jour au nord de Bordeaux. Il produira jusqu’à 14 000 tonnes du précieux gaz chaque année.

Comme un symbole de la transition, l’usine d’hydrogène vert d’Ambès prendra place au cœur d’une vaste zone pétrochimique. Le projet à 250 millions d’euros a été approuvé par le Grand port maritime de Bordeaux fin avril 2021. Il est porté par GH2, une jeune société qui signera sa toute première réalisation. La start-up va ériger un électrolyseur alcalin d’une puissance de 100 MW et deux parcs solaires dont les caractéristiques n’ont pas été dévoilées. Le site sera mis en service en 2025.

Elle ambitionne de produire jusqu’à 14 000 tonnes d’hydrogène renouvelable chaque année, dont une partie sera utilisée par les entreprises implantées à proximité et l’autre exportée. Un projet qui permettra d’éviter le rejet de 130 000 tonnes de CO2 annuels selon la startup. Le procédé doit également générer de l’ammoniac, un autre composé très utilisé dans l’industrie.

Crée en 2018, GH2 revendique plusieurs petits projets de production d’hydrogène vert en France, en Tunisie et au Chili. Elle espère atteindre un portefeuille d’électrolyseurs totalisant 1 GW de puissance d’ici 2025.