Le plateau d’Albion abritait l’un des sites militaires les plus stratégiques de France. Une partie accueille aujourd’hui une constellation de centrales solaires.

Il n’y a plus aucun missile nucléaire dans les 18 silos du plateau d’Albion (Alpes de Haute-Provence). Le vaste pas de tir inauguré en 1971 a été démilitarisé en 1996. Les vestiges sont aujourd’hui à l’abandon, certains transformés en observatoire, radar, restaurant ou déchetterie mais une grande partie est recouverte de centrales solaires.

Trois nouvelles ont été mises en service en juillet 2021, pourtant à huit le nombre de silos convertis au photovoltaïque. Baptisées « Lavansol III, IV et VI, les centrales sont implantées sur la commune de Simiane la Rotonde.

Cette constellation affiche une puissance totale de 9,8 Mwc. Elle est composée de 25 000 modules fournis par le fabricant chinois Talesun . Développée par la filiale française du groupe hollandais Sonnedix Power, l’ensemble est complété par un centre de maintenance situé aux Mées, à 35 km, où le producteur base ses techniciens.

L’entreprise exploite actuellement un parc solaire de 273 Mwc à travers l’hexagone et 213 Mwc supplémentaires sont en construction ou en projet. Sonnedix est déployé dans huit pays du monde, où il jouit d’une capacité totale en service de 1,6 GW.