Pour optimiser le rendement des panneaux solaires, leur surface doit être la plus propre possible. Or, leur exposition à l’extérieur et leur orientation proche de l’horizontale les rendent particulièrement vulnérables à la poussière. Leur nettoyage devrait désormais être envisageable en utilisant les propriétés de l’électricité statique à la place de l’eau.

D’habitude, l’entretien de la surface des panneaux solaires se fait à l’eau pour éviter toute rayure susceptible de les endommager. Ce nettoyage est indispensable pour garantir une réception maximale des rayons du soleil sur les cellules.
Mais l’utilisation d’eau en grandes quantités pour réaliser cet entretien pose problème, dans les lieux désertiques notamment, mais plus généralement dans un souci de préservation des ressources et de l’environnement.

Lire aussi : Le nettoyage des panneaux photovoltaïques

Un challenge relevé par des chercheurs du MIT

Nettoyer les panneaux en se passant d’eau tout en évitant de rayer leur surface est un sacré challenge relevé par une équipe de chercheurs américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Selon leurs observations, une accumulation de 5 milligrammes de poussière par centimètre carré provoque une perte de production de 50%.

Publié dans la revue ScienceAdvance le 11 mars 2022, le fruit de leurs recherches pourrait permettre d’économiser des millions de litres d’eau dans le monde chaque année. Nous vous avions déjà présenté une solution développée par l’Université de Stony Brook à New-York, laquelle utilisait un film électrostatique pour éviter l’accumulation de poussières sur les panneaux. L’équipe  du MIT exploite également les propriétés de l’électrostatique, mais différemment.

Effet d’une accumulation de poussières sur la production d’un panneau solaire.

Le système fonctionne en deux temps. La poussière composée principalement de particules de silice est d’abord chargée avec de l’aluminium et de l’oxyde de zinc. Ensuite, un champ électrique provoqué par le passage d’une plaque ou d’une barre métallique sous tension au-dessus des panneaux provoque le déplacement des poussières.

Lire aussi : Bientôt des panneaux solaires anti-poussières ?

Une innovation prometteuse à développer

Avec cette méthode dénommée « induction électrostatique », les chercheurs affirment pouvoir récupérer 95 % de la puissance des panneaux.
L’humidité est toutefois une des clefs de réussite du système. Pour que la technologie soit efficace, il faut que les particules de poussière puissent adsorber naturellement la vapeur d’eau présente  dans l’atmosphère. Mais qu’en est-il dans les régions désertiques ? Selon l’étude, même dans ce type de milieu, l’humidité est présente la nuit dans l’air, ce qui permettrait à l’électricité statique de fonctionner malgré tout.

Aujourd’hui testée en laboratoire, cette innovation prometteuse devra tout de même être développée davantage avant de pouvoir être utilisée à grande échelle.

Lire aussi : Ce robot peut nettoyer les panneaux d’une centrale solaire flottante

Lire aussi : Que faut-il penser des kits solaires à installer et brancher soi-même ?