Fabriquée dans les ateliers de CMN à Cherbourg, l’hydrolienne marine HydroQuest Ocean a été installée en avril 2019 sur le site d’essai de Paimpol-Bréhat (Côtes-d’Armor). Après 2 années de tests de ce prototype, son fabricant annonce des résultats encourageants. Les expérimentations ont permis de certifier la courbe de puissance de la turbine de 1 MW, d’étudier son impact environnemental et de prouver sa robustesse.

Basée près de Grenoble, la société HydroQuest, filiale des Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) a installé en avril 2019 une hydrolienne à axe vertical sur le site d’essai de Paimpol-Bréhat. Mesurant 25 mètres de large et 11 mètres de haut, HydroQuest Ocean pèse 1400 tonnes. Immergé à 35 mètres de profondeur, ce prototype de 1 MW a injecté de l’électricité sur le réseau pendant plus de 2 années de tests en conditions réelles.  Initialement programmés pour une durée d’un an, les essais ont été prolongés de douze mois supplémentaires grâce au financement européen TIGER pour « tirer le meilleur parti de l’expérimentation ».
La turbine a été déconnectée et sortie de l’eau en différentes étapes depuis septembre 2021.

Résultats encourageants

Il faudra attendre encore quelques mois pour dresser un bilan complet du programme de tests et analyser les données fournies par les mesures techniques et environnementales. Mais CMN et HydroQuest ont déjà annoncé ce 12 octobre que « les résultats sont encourageants ». Les expérimentations ont permis de certifier la courbe de puissance de la turbine de 1 MW, de suivre les impacts environnementaux et de prouver sa robustesse.

Pour les deux partenaires, la réussite du projet représente une avancée majeure dans la construction d’une filière industrielle française de l’hydrolien. Avec une production hautement prédictible et un fort gisement de 10 GW en Europe, dont 3 GW en France, « elle a parfaitement sa place dans le futur mix énergétique basé sur les énergies renouvelables », précisent-ils.