Conçu par le bureau d’architectes néerlandais MVRDV, un édifice flambant neuf attire les regards dans le parc industriel de Changhua, sur la côte ouest de Taiwan. Ce bâtiment « à énergie positive » a été baptisé Sun Rock, mais aurait pu s’appeler Pangolin, tant ses 800 panneaux solaires et ses formes arrondies évoquent de loin le mammifère écailleux.

L’immeuble appartient à Taipower, la compagnie publique d’électricité taïwanaise, et est situé près de Taichung, sur la côte occidentale de l’île. La singularité du Sun Rock réside dans les 4 000 m² de panneaux photovoltaïques BIPV[1] qui recouvrent entièrement la construction.
Par sa conception originale, l’édifice offre non seulement une esthétique réussie, mais également des performances énergétiques intéressantes, puisqu’il est autonome en électricité et peut générer 1000 MWh/an, ce qui représente une quantité d’énergie équivalente à celle produite par la combustion de 85 tonnes de pétrole brut.

Un design étudié avec soin

Grâce à sa forme arrondie, le bâtiment maximise la captation de soleil tout au long de l’année. Le rayonnement est plus important au sud, mais la production est optimalisée le matin et le soir du côté nord. Les architectes ont également apporté un soin particulier à l’isolation de l’immeuble pour améliorer les gains d’énergie. Il peut ainsi réinjecter de l’énergie sur le réseau, lorsque le courant produit excède ses propres besoins en électricité.

Les panneaux ont été disposés en soufflets superposés et imbriqués les uns aux autres pour intégrer les modules aux fenêtres. « Le résultat de cette conception, c’est un design entièrement déterminé par les données d’ensoleillement. C’est assez amusant de voir le résultat final lorsque l’analyse des chiffres joue le rôle déterminant au niveau de l’aspect final du bâtiment », déclare Winy Maas, l’un des co-fondateurs de MVRDV.

Lire aussi : Photovoltaïque architectural : tout est possible, mais à quel prix ?

Un bâtiment évolutif et multi-fonctions

Le bureau d’architectes continue à faire évoluer le projet et cherche à pouvoir placer davantage de panneaux photovoltaïques. Il espère ainsi être prochainement en mesure de porter la production annuelle d’électricité à 1700 MWh.
Outre ses fonctions de stockage de matériel et d’équipements de maintenance, Sun Rock offre également des surfaces de bureau, des ateliers, et une galerie d’exposition. Bordée d’une terrasse arborée, celle-ci offre une vue imprenable sur Taichung.
A l’intérieur, la construction comporte également un large patio baptisé « salle des données ». Ses murs affichent en temps réel les données relatives à l’énergie renouvelable que le Sun Rock génère.
Selon MVRDV, le projet illustre bien la « transition programmée de Taiwan vers les énergies vertes », et reflète les objectifs que poursuit Taipower.

Lire aussi : Des fenêtres productrices d’électricité : ce n’est plus de la science-fiction !

D’autres exemples dans le monde

Les exemples de bâtiments à énergie positive intégrant des panneaux BPIV se multiplient. L’un d’eux, réalisé par le bureau norvégien Snohetta, abrite les locaux de la compagnie d’énergie Telemark à Porsgrunn, en Norvège. Aux Etats-Unis, citons également le Kendeda Building conçu par le partenariat Miller Hull et Lord Aeck Sargent, pour  l’Université Technique de Géorgie.

Lire aussi : Les pérovskites partent à l’assaut du marché solaire

_____________________________________________________________

[1] Le terme BIPV, pour « Building Integrated Photovoltaics », désigne les installations photovoltaïques qui se susbtituent aux élements de construction traditionnels des immeubles. Ce sont les matériaux actifs de production d’électricité photovoltaïque qui remplissent une fonction constructive.