En concevant et fabriquant son propre modèle d’éolienne, le numéro 5 mondial de l’hébergement web OVH espère réduire les coûts énergétiques et l’impact environnemental de ses data centers. Son patron, Octave Klaba, a dévoilé les caractéristiques détaillées de la turbine, qui sera presque entièrement construite dans une usine robotisée.

Le numérique n’est pas « dématérialisé » contrairement à ce que l’on pourrait croire. Pour qu’internet fonctionne, il faut non seulement du matériel, mais aussi de grandes quantités d’énergie.

Ainsi, les centres de données (data centers) où transitent la majeure partie des communications sur le web consommeraient 4 % de toute l’électricité produite dans le monde. En France, les data centers ont englouti 4 TWh en 2015 selon RTE, soit 0,63 % de la production électrique nationale.

Pour optimiser leur dépense d’énergie et, dans une moindre mesure, réduire leur impact environnemental, les hébergeurs développent différentes stratégies. Certains construisent des data centers dans des pays froids, d’autres exploitent les curiosités très locales, s’installent près de méthaniseurs, valorisent les pertes de chaleurs ou deviennent tout simplement producteurs d’électricité renouvelable.

À lire aussi Data centers : des solutions pour réduire leurs consommations d’énergie

Une éolienne conçue pour les zones industrielles

OVH, le numéro 1 français et 5e mondial de l’hébergement web, veut quant à lui fabriquer et installer son propre modèle d’éolienne. Mais pourquoi le géant du net ne se fournit-il pas parmi les centaines de turbines déjà sur le marché ? La raison est simple : OVH souhaite déployer des éoliennes au cœur des Zones d’activités économiques (ZAE), au beau milieu des hangars, bureaux et usines.

Dans ces quartiers industriels, il est rarement possible d’ériger des éoliennes standard de 80 à 150 m de haut. À travers la société Poweend spécialement créée pour l’occasion, OVH développe donc une turbine de moins de 50 mètres, qui sera capable de fonctionner par vent faible et délivrera une puissance modeste de 1 MW.

Avec une puissance trois fois inférieure à la moyenne des éoliennes terrestres en France, il sera nécessaire d’installer plusieurs turbines pour alimenter un data center, qui peut absorber de plusieurs dizaines à quelques centaines de mégawatts (MW) pour les plus gros.

Documents publiés par Octava Klaba, sur son compte Twitter.

Un robot pour fabriquer des pales, première mondiale ?

Baptisée « Eole 5.0 », la machine à entrainement direct (sans boite de vitesse) sera équipée d’un rotor de 64 m de diamètre. Elle doit produire entre 2 et 2,5 GWh chaque année. Rien de bien original jusque-là : il existe déjà des turbines direct-drive d’une cinquantaine de mètres de haut pour environ 1 MW de puissance.

La principale originalité de l’éolienne OVH réside dans son mode de fabrication. La société veut en effet l’assembler dans une usine presque entièrement robotisée située à Prouvy (Nord), afin de réduire son coût. « La robotisation va très loin : on veut construire les pales avec les robots. C’est un défi que peu de boites ont su relever (aucune ?) » explique Octava Klaba, le patron d’OVH sur Twitter.

Croquis à l’appui, le dirigeant dévoile le processus de fabrication des pales par une tête robotisée. Du cirage du moule à l’intégration des différents ingrédients (couches de textiles, injection de résine) à la cuisson jusqu’aux finitions, le bras serait capable d’exécuter la recette dans son intégralité.

Documents publiés par Octava Klaba, sur son compte Twitter.

OVH sera l’unique client de ces éoliennes

D’autres composants de l’éolienne seront également fabriqués « en interne », comme le rotor du générateur, qui consiste en un assemblage d’aimants. Les interventions humaines se cantonneront au chargement des matériaux dans les lignes d’assemblage. L’usine sera dimensionnée pour fabriquer 30 éoliennes chaque année, à l’usage exclusif d’OVH.

« On ne vend pas ces éoliennes. On les utilise pour déployer nos petits champs d’éoliennes dans les zones industrielles pour produire et vendre de l’électricité localement » explique Octave Klaba. Le patron autodidacte prévoit une durée de vie de 20 à 25 ans à ses turbines, mais ne promet pas qu’elles seront entièrement recyclables.

À lire aussi Enfin une éolienne urbaine efficace et silencieuse ?

Des turbines partiellement recyclables

« On n’est pas encore à 100 % [de recyclabilité, NDLR] mais comme on maitrise l’ensemble de la fabrication, on pense y arriver dans la 3e ou 4e génération, grâce aux matériaux qu’il faut encore inventer ». Les premières éoliennes totalement recyclables arrivent tout juste sur le marché, grâce à de nouvelles compositions de pales protégées par des brevets.

Lancé il y a 3 ans, le projet d’éolienne made-in-OVH doit se concrétiser courant 2024 par l’installation des premières turbines dans les Hauts-de-France et en Seine-Maritime. Il devrait y avoir 110 éoliennes en France en 2028, avant un déploiement à l’étranger. Sur les 20 prochaines années, Octave Klaba ambitionne en effet de décupler le nombre d’usines en s’exportant « sur d’autres continents ».

À lire aussi Les éoliennes seront bientôt 100 % recyclables