La startup française Datafarm, place ses datacenters dans des installations agricoles où ils sont alimentés en énergie décarbonée par des méthaniseurs. Le gaz généré par la fermentation de déjections animales et de résidus des cultures est utilisé par une trigénération qui produit à la fois de l’électricité, de la chaleur et du froid, celui-ci servant à climatiser les équipements informatiques.

Cloud computing, big data, intelligence artificielle … Le développement des nouvelles technologies entraîne une explosion des besoins de stockage des données informatiques et une augmentation exponentielle de la consommation d’énergie des serveurs. Depuis le 1er janvier de cette année, les datacenters européens ont consommé près de 50 milliards de kWh et selon les prévisions de la Commission, la barre des 100 milliards sera atteinte avant le 31 décembre. 40% de cette énergie est utilisée pour la climatisation et le refroidissement des machines et des salles informatiques.
Face à la croissance de leurs coûts mais aussi aux émissions de gaz à effet de serre que représente cette voracité énergétique lorsqu’elle est satisfaite par des énergies fossiles, les géants du secteur informatique mettent en place des solutions alternatives. Google et Facebook, par exemple, implantent des datacenters dans les pays nordiques où ils sont réfrigérés par l’air froid ou l’eau des mers du Grand Nord. Mais cette solution n’est pas à la portée d’entreprises plus modestes.

>>> Lire aussi : Data centers : des solutions pour réduire leurs consommations d’énergie

Publicité
Installation de panneaux solaires
Installation de panneaux solaires

Demandez 3 devis comparatifs aux installateurs de votre région. Gratuit, sans pub et sans engagement.

Hébergement « vert »

Actifs dans ce secteur depuis plusieurs années Stéphane Petibon et ses associés proposent des solutions d’hébergement de serveurs informatiques à leurs clients. Ils sont donc partis, eux aussi, à la recherche de réponses à ces problèmes énergétiques.
En quête d’électricité verte pour alimenter leurs machines ils ont d’abord pensé naturellement au solaire et à l’éolien. Mais la variabilité des productions de ces technologies nécessitait d’y associer des solutions de stockage pour garantir un approvisionnement fiable, sécurisé et constant des serveurs.

Après avoir rencontré un éleveur breton qui exploite une biométhanisation agricole, ils ont alors eu l’idée d’installer leurs datacenters à la ferme et de les alimenter avec l’électricité produite par des méthaniseurs. Ces installations génèrent de l’énergie par la fermentation contrôlée de biomasses d’origine animale ou végétale. Parmi leurs atouts, notons qu’elles permettent de valoriser des déchets et d’éviter des émissions de gaz à effet de serre en se substituant aux énergies fossiles. Mais surtout elles produisent de façon quasi continue une énergie verte sous la forme de biogaz.


>>> Lire aussi : Plein gaz sur le biométhane


Production combinée d’électricité, de chaleur et de froid

Fin 2019, Stéphane Petitbon et ses associés décident de créer une startup pour exploiter ce filon, et ils la baptisent « Datafarm ». Ils proposent aux agriculteurs d’installer les datacenters dans leurs fermes et de les alimenter en électricité renouvelable par l’énergie générée dans un méthaniseur.
La matière première est constituée de déchets biodégradables tels que les déjections animales, les résidus des cultures, etc. Une exploitation d’une centaine de vaches en produit environ 30 tonnes par jour.


>>> Lire aussi : Avec ce digesteur domestique vous transformerez vos déchets de cuisine en biogaz


Le gaz généré par la fermentation anaérobie des micro-organismes présents dans le digesteur est injecté dans une installation de trigénération. Une turbine permet d’abord de produire de l’électricité à raison de 38 %, et de chaleur résiduelle à hauteur de 62 %. Celle-ci peut être utilisée dans la ferme pour chauffer les bâtiments, mais aussi sécher les foins ou d’autres productions végétales, faire du fromage, etc.
Une partie de cette chaleur peut aussi produire … du froid grâce à un absorbeur fonctionnant par exemple avec du bromure de lithium. Par cette technique, de l’eau chaude dont la température est comprise entre 75 et 85°C fabrique une eau glacée entre 7° et 12°C. On comprend l’intérêt : la production de froid est utilisée pour la climatisation des serveurs. « Cette solution nous permet de réduire la proportion d’électricité nécessaire au refroidissement de nos infrastructures à 8 %, alors qu’il en faut 20 à 50 % habituellement » explique Stéphane Petibon.


>>> Lire aussi : La trigénération s’invite dans les foyers


Bilan carbone

Un méthaniseur d’une puissance de 500 kW utilisé pour alimenter en énergie les serveurs de Datafarm permet d’éviter l’émission annuelle de 12.000 tonnes de CO2. Soit l’équivalent des émissions annuelles d’un millier d’européens.
Le marché visé par la startup est dès lors celui des entreprises de plus de 500 salariés. Il y en a 2.400 en France et elles ont l’obligation de publier leur bilan carbone. Celui-ci permet d’établir leurs émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la stratégie française de réduction de l’empreinte des entreprises. « Notre offre permet de réduire les émissions de dioxyde de carbone des clients qui nous confient l’hébergement de leurs serveurs, de 20 à 30 % en moyenne » nous assure Stéphane Petibon.


>>> Lire aussi : Biométhanisation des déchets ménagers : réussites et fiascos


Mise en route avant fin 2020

Datafarm est donc à la recherche de fermes partenaires. Deux critères entrent en ligne de compte : la puissance de l’installation de méthanisation et la proximité d’un réseau de fibres optiques pour connecter le datacenter. Pour l’heure, la jeune pousse a trouvé deux exploitants agricoles répondant à ces conditions, l’un à Saint-Omer dans le Nord, l’autre en Bretagne, à Arzal.  Ces premières installations pilotes seront mises en route d’ici la fin de cette année. Quatre autres devraient être construites en 2021.
Dans chaque infrastructure, la start-up envisage d’héberger les serveurs informatiques de 80 clients.
Son objectif est aussi de se développer en dehors des frontières de l’Hexagone. Avec seulement 500 méthaniseurs, la France est sous-équipée. L’Allemagne, quant à elle, en compte 12.000.