Il y a quelques jours, les ministres d’une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis et la Chine, ont participé à une réunion tenue à Milan pour préparer la COP26. Pendant ce temps des centaines de jeunes manifestaient dans les rues de la ville avec Greta Thunberg pour dénoncer les bla-bla-bla et l’inaction des dirigeants.

Reportée d’un an à cause de la pandémie de Covid-19, la COP26 se déroulera en novembre à Glasgow. Pour son président, le Britannique Alok Sharma, Glasgow sera probablement un moment-clé pour fixer les ambitions pour la décennie à venir.

A Milan, il y a eu un consensus sur le fait que nous devons faire plus pour limiter la hausse de la température à +1,5°C. Rappelons qu’en 2015, l’Accord de Paris visait à limiter le réchauffement « bien en-deçà » de +2°C. Mais, ces dernières années, un certain nombre de pays signataires se sont montrés réticents à reconnaître l’objectif de 1,5°C. C’est notamment le cas de l’Arabie saoudite, ou de la Russie, qui participaient à la réunion de Milan.

Selon la dernière évaluation de l’ONU, les engagements actuels des Etats mèneraient le monde vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7°C. Par rapport à la période préindustrielle, le thermomètre a déjà gagné environ +1,1°C, ce qui se remarque par des catastrophes de plus en plus intenses et fréquentes, des inondations aux canicules en passant par les sécheresses et les incendies dévastateurs.

« Il ne peut y avoir aucun doute dans l’esprit de personne que nous nous battons pour la survie de l’humanité. Le monde commence à accepter le fait que nous devons agir, et agir maintenant pour permettre à la planète de ne pas dépasser +1,5°C de réchauffement », a déclaré Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne.

Trente ans de bla-bla-bla

Au même moment des centaines de jeunes ont défilé dans le centre de Milan, derrière Greta Thunberg, réclamant des actions rapides pour le climat lors de la conférence. «Bien sûr, nous avons besoin d’un dialogue constructif mais ils ont maintenant eu trente années de bla-bla-bla et où cela nous a-t-il mené ?», s’est écriée la jeune militante suédoise, qualifiant l’absence d’action « délibérée » des dirigeants mondiaux de «trahison des générations actuelles et futures».

Alors, à votre avis, que nous réserve cette COP26 ?