L’entreprise allemande Synlift a conçu une plateforme flottante pour le dessalement de l’eau de mer. Equipée d’une grande éolienne, elle produira de l’eau douce en utilisant uniquement de l’énergie renouvelable. Cette unité mobile pourra être facilement déplacée par un remorqueur vers les zones en pénurie d’eau et elle pourra alimenter une ville d’un demi-million d’habitants.

La consommation mondiale d’eau potable est aujourd’hui six fois plus élevée qu’il y a 100 ans. Selon les Nations Unies, environ quatre milliards de personnes dans le monde souffrent au moins un mois par an de pénurie d’eau. Avec les changements climatiques et les épisodes de sécheresse toujours plus fréquents, ce nombre augmentera : d’ici 2050, la moitié de la population mondiale pourrait vivre dans des zones arides.

Si 70% de la surface terrestre sont recouverts d’eau, seuls 3% le sont par de l’eau douce pouvant être utilisée pour les usages domestiques, l’agriculture ou l’industrie. Dans de nombreuses régions, les sources d’eau potable étant insuffisantes ou rares, le dessalement de l’eau de mer est une solution de plus en plus répandue. En 2018, 95 millions de mètres cubes d’eau douce ont été produits et la capacité mondiale installée augmente en moyenne de plus de 10 % par an.

En quinze an le coût du dessalement a été divisé par dix

Auparavant, la technique de la distillation était la plus fréquente, mais elle est fort consommatrice d’énergie fossile. C’est pourquoi la technique de l’osmose inverse qui consiste à filtrer l’eau sous pression à travers une membrane affiche aujourd’hui 84% de part de marché. En quinze ans, le coût du dessalement a été divisé par dix et aujourd’hui il suffit de 2 kWh d’électricité pour fabriquer un mètre cube d’eau douce. S’il s’agit d’électricité verte, l’empreinte carbone de l’installation est fortement réduite.

C’est la raison qui a incité l’entreprise allemande Synlift à imaginer une unité de dessalement embarquée sur une plateforme flottante équipée d’une éolienne. Son développement est mené avec un partenaire saoudien, ce pays étant le leader mondial du dessalement de l’eau de mer. Le concept est basé sur les plateformes de forage flottantes ancrées dans le plancher marin.

Dessalement de l'eau de mer

Le coût est inférieur aux procédés traditionnels

Baptisées Floating WINDdesal (FWD), ces unités de dessalement mobiles seront construites sur la côte puis remorquées vers leur lieu d’utilisation. Elles peuvent aussi être facilement déplacées en fonction des besoins vers des zones où sévissent des pénuries d’eau.
Un premier prototype devrait entrer en service cette année au Moyen-Orient. Trois modèles sont prévus, avec des capacités journalières de production de 15 000, 30 000 ou 50 000 m3 d’eau potable.  Le plus grand module pourra alimenter une ville d’un demi-million d’habitants. Selon Joachim Käufler, le responsable du projet, le coût de production du dessalement de l’eau de mer par une FWD sera inférieur à celui des procédés traditionnels. « Nous produirons de l’eau douce de façon écologique durable et rentable », explique-t-il, « tout en la rendant économiquement accessible à des endroits où ce n’était jusqu’à présent pas possible ».