La nouvelle hydrolienne à membrane ondulante d’EEL Energy est en cours d’assemblage pour effectuer des tests dans la rade de Brest, en vue de lancer son modèle commercial. Une levée de fonds est en cours pour permettre le développement du projet.

Société française créée fin 2011, EEL Energy a imaginé une hydrolienne originale qui permet de produire de l’énergie grâce aux courants marins.
Au contraire des hydroliennes traditionnelles équipées d’une hélice, ce modèle est doté d’une membrane qui ondule sous l’effet des mouvements marins. C’est en cela que cette hydrolienne est caractérisée de « biomimétique » car elle imite les poissons comme l’anguille (eel en anglais) ou la raie. Composée de fibres de verre et de carbone, elle est particulièrement résistante et ne présente pas de danger pour les organismes marins qui ne peuvent pas s’y fixer. L’idée est de copier la nature pour relever le défi de la transition énergétique.

Lire aussi : EEL Energy : essais prometteurs pour l’hydrolienne à membrane ondulante

Capable de produire jusqu’à 10 MW, la machine est peu encombrante et ne nécessite pas une grande profondeur pour fonctionner, ce qui rend son domaine d’application beaucoup plus important qu’un modèle classique équipé d’une hélice.

Nouvelle levée de fonds

Déclinée en plusieurs modèles de capacités différentes, EEL Energy peut également créer une hydrolienne sur mesure en fonction des besoins.

Testée en 2018 avec succès dans la rade de Brest, l’entreprise avait ensuite lancé une levée de fonds pour financer le développement de son produit.

Une hydrolienne a par la suite été installée dans un canal des Hauts de France.

Bénéficiant d’un financement du fonds européen de développement régional (FEDER), EEL Energy cherche cette fois à lever jusqu’à 2 millions d’euros pour poursuivre son travail et projette d’ici 10 ans de réaliser une production cumulée de 1,6 TWh.

Une hydrolienne est actuellement en cours d’assemblage pour pouvoir faire l’objet de nouveaux tests à Brest, d’ici mai 2022 afin de la commercialiser.

Lire aussi : Sous-marin ou avion ? Non, c’est l’hydrolienne la plus puissante du monde

Lire aussi : Paimpol : résultats positifs après 2 ans de tests de l’hydrolienne HydroQuest Ocean