À l’heure où débutent les récoltes de raisin, une première mondiale se déroule actuellement à Tresserre (Pyrénées-Orientales) : les vendanges s’effectuent sur des vignes ayant poussé sous un dispositif agrivoltaïque. Installé en 2018 par Sun’Agri, pionnier et leader mondial de l’agrivoltaïsme, ce démonstrateur permet aux cultures d’être protégées des aléas climatiques. La première vendange mondiale d’un vin agrivoltaïque confirme les promesses tenues par cette technologie pour l’adaptation de la viticulture aux changements climatiques.

Lorsqu’en 2018, Sun’Agri fait la rencontre de Pierre Escudié, viticulteur du domaine de Nidolères, le constat est sans appel : les viticulteurs souffrent déjà du changement climatique. La hausse des températures affecte non seulement les rendements mais altère également la qualité du vin. Il est donc primordial de mettre à la disposition du secteur agricole des solutions d’adaptation au réchauffement du climat .

Après dix années de recherche, c’est sur les 4,5 hectares de ce domaine que Sun’Agri a décidé de lancer le premier démonstrateur agrivoltaïque au monde. Les cultures peuvent être mises à l’abri des rayons solaires directs grâce à des persiennes solaires mobiles, lesquelles sont placées au-dessus des rangs de vigne à une hauteur qui permet le passage des engins agricoles. L’inclinaison des panneaux photovoltaïques est pilotée par des algorithmes conçus sur mesure selon les besoins des plants et des nécessités d’ensoleillement ou d’ombrage.

Dans ses vignes de Nidolères, Pierre Escudié a choisi d’expérimenter la technologie sur les variétés marselan, grenache gris et chardonnay. Au-delà des bienfaits attendus sur les cultures – réduction du stress hydrique et augmentation du rendement – il est également question de rendre au vin une qualité affectée par l’augmentation des températures. Celle-ci donne généralement un raisin trop chargé en sucre ou dont la maturité est trop précoce.

Premières vendanges d’un vin agrivoltaïque

Trois ans après la mise en service des persiennes, l’heure du bilan est enfin venue. Pierre Escudié a entamé les vendanges des parcelles concernées. Il pourra bientôt se targuer d’être le premier producteur de vin agrivoltaïque au monde.

« La mise en bouteille du premier vin issu de l’agrivoltaïsme est un véritable aboutissement de notre engagement en faveur d’une agriculture résiliente. Au-delà de la première mondiale, cette étape est aussi la preuve des bénéfices de notre solution pour adapter l’agriculture au changement climatique. Nous avons à cœur de rendre cette technologie accessible à tous les agriculteurs touchés par ces aléas » précise Antoine Nogier, le président de Sun’Agri.