Pour optimiser l’efficacité d’un parc solaire sur toiture à Marseille, une société spécialisée a réalisé un audit avant de remplacer la totalité de ses composants. L’objectif est de permettre ainsi une production électrique accrue tout en sécurisant l’installation.

L’industrie photovoltaïque est en constante évolution et les panneaux solaires d’aujourd’hui sont plus efficaces que ceux datant d’il y a une dizaine d’années.
C’est pourquoi il peut être intéressant pour les tout premiers parcs photovoltaïques de bénéficier de ce qu’on appelle une opération de « repowering ». Il s’agit de moderniser l’installation existante pour l’équiper des nouvelles technologies apparues récemment dans le secteur.

Lire aussi : Nouveau record du monde pour le rendement de conversion d’une cellule solaire : 29,80%

Remise à niveau complète

À Marseille, la centrale photovoltaïque concernée date de 2009. C’est dire si la technologie en matière de solaire s’est améliorée depuis cette date ! Installée sur la toiture d’un hangar abritant notamment des services de La Poste et l’Établissement Français du Sang, sa rénovation s’imposait.

La société Ener-Pacte a d’abord réalisé un audit de la petite centrale, qui a permis de révéler non seulement sa moindre efficacité mais également plusieurs points de défaillances. Spécialisée dans les interventions de repowering des parcs photovoltaïques, l’entreprise rappelle qu’au-delà de la perte de production des panneaux au bout de quelques années, une installation vétuste peut aussi présenter des dangers et être à l’origine de sinistres tels que des incendies.

Lire aussi : Vos panneaux solaires peuvent-ils bouter le feu à votre toit ?

 

Ener-Pacte a donc procédé au démontage de la totalité des 2 596 panneaux solaires de 230 Wc qui composaient la centrale photovoltaïque, et les a remplacé par des modèles plus performants de 400 Wc. Le transformateur et les onduleurs ont également été changés.
L’objectif de ce relooking est d’accroître la production de la centrale, avec une augmentation espérée de 100 000 kWh par an.

L’intérêt est donc de produire davantage d’électricité sur un même emplacement, sans qu’il soit nécessaire de construire un nouveau parc.

Lire aussi : Le repowering éolien

Lire aussi : Des chercheurs allemands ont développé un procédé de recyclage du silicium des modules solaires usagés