Pour la première fois en 24 ans, selon l’UBA (Umweltbundesamt), le Bureau Fédéral allemand de l’Environnement, la production d’électricité renouvelable a affiché une baisse. Faut-il s’en inquiéter ?

Depuis 1997, la quantité d’électricité renouvelable produite en Allemagne n’avait cessé d’augmenter. Alors qu’elle était d’un peu plus de 40 TWh en 2000, elle avait culminé à 250 TWh en 2020, ce qui représente une hausse annuelle moyenne  de 9,6%.
En 2021, les filières renouvelables, toutes technologies confondues, ont produit 237 TWh, soit près de 5% de moins que l’année précédente. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?

Les caprices de la météo

L’année 2021 a simplement cumulé les mauvaises conditions météorologiques : moins de vent, beaucoup de pluie et trop peu de soleil à la fois. On sait que la production d’énergie éolienne peut varier de 25% d’une année à l’autre.

Cette année, le parc éolien allemand a fourni 11% d’électricité en moins par rapport à 2020 (118 TWh), mais cette baisse a été accompagnée d’une hausse très timide de la production d’énergie solaire (0,8% en 2021, alors que 5 GW de nouvelles installations photovoltaïques ont été connectées au réseau cette année).

Mais à quelque chose malheur est bon, dit-on. Les abondantes chutes de pluie de l’été dernier ont eu l’effet positif de gonfler la production d’électricité hydroélectrique. Celle-ci a généré 19 TWh, soit une hausse de 5% par rapport à 2020. Mais la filière hydroélectrique n’a pas le même poids qu’en France puisqu’elle représente 7,6% du mix électrique, contre 13% en France[1].

Cette hausse a donc été insuffisante pour compenser la chute de production d’énergie éolienne et solaire en Allemagne.

Une consommation en hausse

L’impact de la diminution des productions éolienne et solaire est plus visible encore au niveau du mix énergétique, car elle coïncide avec une hausse de la consommation. Les renouvelables ont ainsi fourni 42% de l’électricité totale consommée par les Allemands en 2021, contre 45,3% en 2020. Le nouveau gouvernement d’Olaf Scholz, composé des sociaux-démocrates, des libéraux et des Verts, s’est pourtant fixé un objectif de 80% d’énergies renouvelables dans le mix d’ici 2030.

Or, c’est en 2030 que l’Allemagne a prévu de sortir définitivement du charbon, après être sorti totalement du nucléaire en 2022.
Selon Dirk Messner, président de l’UBA, davantage d’installations éoliennes et photovoltaïques devront être construites dans les prochaines années.

__________________________________________________

[1] Source : www.connaissancedesenergies.org