L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié ce 13 octobre son traditionnel rapport annuel : le World Energy Outlook 2020. La réponse mondiale au COVID-19 pourrait «remodeler l’avenir de l’énergie» pour les années à venir et le solaire occupera le « devant de la scène », peut-on y lire.

Selon l’AIE, les énergies renouvelables joueront bientôt un « rôle de premier plan » en raison de la baisse des coûts et des politiques gouvernementales menées pour les promouvoir.
« Je vois l’énergie solaire devenir le nouveau roi des marchés mondiaux de l’électricité », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. « Sur la base des données et des prévisions actuelles, le solaire est sur la bonne voie pour établir de nouveaux records d’installations chaque année après 2022 », estime-t-il.


>>> Lire aussi : Un « Airbus du solaire » permettra-t-il la renaissance de l’industrie photovoltaïque en Europe ?

Publicité


Intensifier les efforts

En raison des impacts de la crise sanitaire, l’AIE prédit une chute de la demande mondiale d’énergie de 5% en 2020. Quant aux investissements dans le secteur, ils se contracteront de 18 %.
La consommation de pétrole et de charbon devrait fondre respectivement de 8% et 7%. Le pétrole restera « vulnérable aux grandes incertitudes économiques résultant de la pandémie », et s’il commencera à se redresser en 2023, sa production se stabilisera « en plateau » au cours des années 2030.
L’agence s’attend également à ce que la demande de charbon ne revienne plus aux niveaux d’avant le coronavirus.  Elle représentera moins de 20% de la consommation d’énergie d’ici 2040, pour la première fois depuis la révolution industrielle, estime l’AIE.

En ce qui concerne la lutte contre les changements climatiques, l’agence appelle à intensifier les efforts pour aboutir à une baisse durable des émissions. « Malgré une chute record cette année, le monde est loin de faire assez pour mettre les émissions de gaz à effet de serre sur la voie d’un déclin décisif », met en garde Fatih Birol. « Seuls des changements structurels dans la manière dont nous produisons et nous consommons peuvent casser la tendance des émissions pour de bon », ajoute-t-il.


>>> Lire aussi : Nous avons dix ans pour sortir du pétrole