Avec une installation photovoltaïque, le taux d’autoconsommation s’élève généralement à environ 30%. Ce qui est relativement peu pour celui qui voudrait vivre en auto-suffisance énergétique. Une PME catalane basée à Perpignan vient de mettre au point une nouvelle génération de pile thermique qui permet d’assurer à partir de toute source d’énergie renouvelable un taux d’autoconsommation de minimum 85%. Comment cela fonctionne-t-il ?

Avec des panneaux photovoltaïques, les périodes de production optimale, en milieu de journée, correspondent rarement aux périodes de consommation, plus importantes le matin et le soir. Or la plupart des 100 000 ménages français raccordés au réseau Enedis en autoconsommation individuelle ne sont pas équipés d’un système de stockage, pour des raisons de coûts.
Résultat : environ 70% de l’électricité produite par les modules solaires sont injectés sur le réseau et ne sont donc pas valorisés pour la consommation de l’auto-producteur. En jonglant avec le déplacement de charge, c’est-à-dire en faisant tourner les machines (lessiveuse, lave-vaisselle, …) lorsqu’il y a production solaire, ce taux peut atteindre 50% au maximum. Mais 70% des besoins en énergie d’un ménage viennent du chauffage.
Après six ans de recherches, l’entreprise familiale FHE (Full Home Energy), spécialisée dans les solutions énergétiques pour les bâtiments, a mis au point une batterie thermique qui stocke l’excédent d’énergie fourni par les panneaux, et permet de désynchroniser facilement production et consommation d’énergie.

Lire aussi : Photovoltaïque : doubler son taux d’autoconsommation, c’est possible

Des capsules réactives pour le stockage

L’installation de stockage comporte des capsules réactives dans lesquelles est piégé un gaz. Ces capsules constituent un système de sorption solide-gaz. Lorsqu’il y a production d’un surplus d’énergie, l’électricité excédentaire chauffe le système, et le gaz est stocké dans un réservoir.

Ce qui est emmagasiné, c’est donc un potentiel thermique, donc pas de l’eau chaude directement. Lorsqu’il y a un appel de puissance, par exemple lorsque les vannes des radiateurs ou les robinets d’eau chaude sont ouverts, une électrovanne appelle le gaz qui est mis en contact avec le mélange réactif. Dès qu’il atteint les capsules, de la chaleur est ainsi produite.

Par une simple circulation du fluide chauffé, le système restitue les calories pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Lire aussi : Alès : grâce à un stockage original, une résidence consomme 100% de son électricité solaire

Un taux d’autoconsommation de 100%

Actuellement, à défaut de technologie de stockage efficace, certaines entreprises ont élaboré des systèmes domotiques axés essentiellement sur le déplacement de charge : ces installations programment le lancement de l’électroménager en milieu de journée, au moment où le soleil est au zénith, mais où les besoins sont les plus faibles.

Grâce à ces innovations, un ménage peut espérer atteindre un taux d’autoconommation de 50%, guère plus.

La technologie de FHE Group, baptisée Inelio, permet, moyennant une consommation suivie avec rigueur, d’atteindre parfois un pourcentage d’autoconsommation de 100%.

Lire aussi : A Nantes, des collectivités testent l’autoconsommation collective d’électricité solaire

Une véritable success story

La commercialisation des solutions Inelio a commencé en août 2021.

FHE Group ambitionne déjà une production de 400 batteries thermochimiques par mois, pour répondre à la demande à la fois du marché de la construction neuve, de la rénovation des maisons individuelles et du secteur industriel. « Notre chiffre d’affaires devrait passer de 10 à environ 30 millions d’euros en 2022 », explique Jonathan Laloum. Quant à l’activité à l’export, dont la part dans le chiffre d’affaires devrait passer de 10 à 30%, des partenariats ont été signés, notamment en Belgique, Allemagne, Suisse et Italie,.

Aujourd’hui, ce sont plus de 34.000 foyers qui utilisent les solutions connectées de FHE Group (optimisations d’autoconsommation, régulation de température, automatisations…). L’entreprise familiale, créée en 2010 et dirigée par le père et ses deux fils, emploie 70 ingénieurs (cinquante à Perpignan, vingt au Maroc). Elle prévoit près de 40 recrutements en 2022, principalement avec des profils spécialisés en informatique (ingénierie électronique, création de logiciel, électronique, programmation, etc.).

Lire aussi : La toute première batterie domestique à hydrogène : quel est son intérêt ?