Le gouvernement régional de Navarre a donné son feu vert au projet de couverture du canal de Navarre par une centrale photovoltaïque de 160 MW. Outre la production d’une importante quantité d’énergie renouvelable, ce projet permettra de réduire l’évaporation de l’eau, une ressource rare dans la région.

Alors qu’en France on rêvait de recouvrir les routes de panneaux photovoltaïques, l’Espagne développe un projet plus censé. En avril 2021, l’Anpier, l’association espagnole des producteurs d’énergie photovoltaïque, s’est adressé au gouvernement de Navarre en proposant de recouvrir le canal de Navarre de panneaux solaires.
Mis en service en 2009, cet ouvrage hydraulique est destiné à l’irrigation de 59.000 hectares de cultures. Long de 177 km, il sert aussi à l’approvisionnement en eau potable du bassin de Pampelune et de la Région de Tafalla.

Nombreux avantages

Le projet présente de nombreux avantages. Il permettrait de produire une importante quantité d’énergie renouvelable tout en évitant la mobilisation de grandes surfaces de terrain agricole ou naturel. L’installation pourrait développer une puissance de 160 MW et  doubler ainsi la capacité photovoltaïque actuellement installée dans la région. Juan Antonio Cabrero, le vice-président de l’Anpier, précise que la couverture du canal permettrait de réduire d’environ 30% l’évaporation de l’eau et donc d’économiser cette ressource rare dans la région. Il ajoute aussi que les panneaux pourraient bénéficier du refroidissement provoqué par l’eau, ce qui a pour effet d’améliorer leur rendement.

L’Anpier met enfin en avant les bénéfices que le projet pourrait apporter à la Communauté de Navarre en termes de retombées économiques et d’emploi. « De nombreuses petites et moyennes entreprises et des professionnels indépendants pourront participer au développement et à la construction du projet » souligne l’Anpier.

Feu vert

Une étude menée par les sociétés Energi.k et Naga Solar, conclut à la viabilité technique et financière du projet.
Pour toutes ces raisons, le gouvernement de Navarre a donné son feu vert à la réalisation de l’ouvrage.
Selon l’Anpier, ce type de projet pourrait être reproduit sur tous les canaux d’irrigation qui présentent des caractéristiques similaires dans les régions autonomes d’Espagne.