Alors que le premier tour des élections présidentielles approche à grands pas sur fond de guerre en Ukraine et après deux ans de crise sanitaire, le thème de l’énergie tient une place importante dans le programme des candidats. Aucun d’entre eux n’a fait l’impasse sur ce thème qui est d’autant plus d’actualité que l’Europe se prépare à de probables restrictions de la part de la Russie en matière d’approvisionnement en gaz. Par ailleurs, avec l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050, la France doit s’interroger sur l’avenir de son mix énergétique et le rôle qu’elle entend donner aux énergies renouvelables et au nucléaire. On fait le point sur les programmes des principaux candidats sur ce sujet.

Le nucléaire : un net désaccord entre les candidats

Le mix énergétique français est composé à 70 % environ de nucléaire. Certains candidats comme Emmanuel Macron (La République En Marche), Valérie Pécresse (Les Républicains), Éric Zemmour (Reconquête !) ou encore Marine Le Pen (Rassemblement National) plaident en faveur d’un développement de la filière.

Ainsi, Valérie Pécresse et Éric Zemmour veulent tous les deux revenir sur l’objectif de baisse à hauteur de 50 % du nucléaire dans le mix énergétique français.

Emmanuel Macron l’avait annoncé lors de son déplacement à Belfort en février 2022, il souhaite la construction de 6 nouveaux EPR avec une mise en service d’ici 2035 ainsi que l’étude de 8 EPR supplémentaires. Il veut également prolonger la durée de vie des centrales existantes au-delà de 50 ans. L’idée est de s’appuyer sur cette source d’énergie décarbonée pour atteindre les objectifs climatiques que la France s’est fixée.

Pour soutenir ces projets, la France pourra compter sur le label vert mis en place par la Commission européenne puisque malgré la vive opposition de certains Etats membres, le nucléaire va pouvoir bénéficier des avantages de la taxonomie verte, aux côtés du gaz.

À l’opposé de ces thèses, on retrouve les candidats Yannick Jadot (Les Verts), Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) ou encore Anne Hidalgo (Parti Socialiste). Tous trois entendent sortir à terme du nucléaire et arrêter tout nouveau projet de construction d’EPR.

Jean-Luc Mélenchon indique notamment se fonder sur les scénarios établis par l’association Négawatt pour justifier un mix énergétique sans nucléaire.

Quant à Anne Hidalgo, elle considère le nucléaire comme une source d’énergie de transition qui doit nous permettre d’atteindre le 100 % renouvelable, sans préciser de délai pour y parvenir.

On observe donc un réel clivage entre les candidats au sujet du nucléaire, souvent critiqué pour les risques auxquels il expose la population ainsi que les coûts faramineux qu’il engendre. Pour mémoire, la construction de l’EPR de Flamanville dont les travaux ont débuté en 2006 ne sera pas terminée avant 2023 et le budget du projet devrait tripler d’ici sa mise en service.

Lire aussi : Trop cher et trop lent, le nucléaire ne sauvera pas le climat

Lire aussi : Nouveau sondage exclusif : que pensent les français de la place à donner à l’énergie nucléaire ?

Les énergies renouvelables plus ou moins défendues selon les programmes

À l’exception de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour qui veulent démanteler les éoliennes et supprimer les financements liés à ces installations, les autres candidats sont favorables au développement de la filière.

Bien que l’éolien ait suscité de nombreuses critiques ces dernières années, en raison des nuisances visuelles et sonores qu’il provoque, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon souhaitent développer fortement le secteur dans un souci écologique.
Le candidat de La France Insoumise entend ainsi installer 18 500 éoliennes sur terre et 3 000 éoliennes en mer d’ici 2050 quand le candidat écologiste évoque l’implantation de 12 000 éoliennes d’ici 2027 pour atteindre une capacité de production de 60 TWh.

Lire aussi : Nouveau sondage : les Français largement favorables à l’éolien

Cette progression du renouvelable passe également par celui du photovoltaïque, bien plus consensuel.

Le financement de la croissance des énergies renouvelables serait réalisé par l’argent issu de la nationalisation d’EDF et d’ENGIE, pour Jean-Luc Mélenchon. Enfin, cet essor des énergies renouvelables s’appuierait sur un changement des habitudes de consommation pour tendre vers la sobriété énergétique.

Par ailleurs, Emmanuel Macron, bien que favorable à l’expansion du nucléaire, souhaite l’accompagner par une accélération des énergies renouvelables, toujours dans le but d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Rappelons que la France est déjà en retard sur le développement des renouvelables puisqu’elles représentaient 19 % de la consommation finale totale en 2020 alors que l’objectif fixé à cette date était de 23 %.

Pour accélérer l’installation de nouveaux parcs éoliens ou photovoltaïques, Emmanuel Macron veut alléger les procédures en les simplifiant au maximum.

Lire aussi : L’éolien et le solaire, des énergies « non renouvelables » : l’étrange lapsus d’Emmanuel Macron

Des mesures contrastées pour le marché de l’énergie

Depuis plusieurs mois, avec le rebond économique lié à la sortie de la première vague de COVID dans le monde, les demandes en électricité et gaz naturel ont fortement augmenté, entraînant la hausse des prix.

Le poids de la facture dans le budget des ménages n’a cessé de croître, incitant le gouvernement à intervenir avec la mise en œuvre du bouclier tarifaire : gel du tarif réglementé du gaz naturel en octobre 2021, limitation à 4 % de l’augmentation du tarif réglementé de l’électricité en février 2022, octroi d’un complément de 100 euros fin 2021 pour les bénéficiaires du chèque énergie.

Dans ce contexte, Jean-Luc Mélenchon entend revenir sur la libéralisation du marché de l’électricité et du gaz pour bloquer les prix de l’énergie.

Par ailleurs, pour trois candidats (Emmanuel Macron, Eric Zemmour et Marine Le Pen), le dispositif actuel de l’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH) doit faire l’objet d’une modification voire d’une suppression.

Rappelons que ce mécanisme permet le jeu de la concurrence sur le marché de l’électricité en permettant aux fournisseurs alternatifs d’acheter de l’électricité à prix coûtant issu des centrales nucléaires auprès d’EDF, fournisseur historique et propriétaire des centrales françaises. L’augmentation du seuil de l’ARENH en début 2022, pour permettre de financer les règles prises par les pouvoirs publics dans le cadre du bouclier tarifaire visant a provoqué un tollé de la part des salariés d’EDF.

Enfin, dans plusieurs programmes, l’idée d’un service minimum de l’énergie a été mentionnée. C’est le cas par exemple de Jean-Luc Mélenchon qui propose de rendre gratuit l’accès « aux usages de première nécessité, sans condition de ressource ».

Yannick Jadot, qui souhaite augmenter de 400 euros le chèque énergie pour les plus modestes, prévoit également de mettre en place une tarification sociale de l’énergie permettant de bénéficier gratuitement des premiers kWh.

Cette idée de donner à l’énergie un caractère de première nécessité trouve de plus en plus d’échos ces dernières semaines, ce qui a certainement incité EDF à prendre récemment la décision de mettre fin aux coupures d’électricité pour impayés, même en dehors de la trêve hivernale.

Par ailleurs, pour préserver le pouvoir d’achat des Français et limiter la hausse de la facture d’énergie, Valérie Pécresse et Marine Le Pen souhaitent appliquer à l’électricité une TVA à taux réduit (pour Marine Le Pen, cela s’appliquerait aussi au carburant, au gaz et au fioul).

Enfin, sous l’influence de la Commission européenne, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d’électricité tendent à disparaître. Yannick Jadot veut revenir sur cette décision pour réinstaurer ces tarifs tout en nationalisant EDF.

Lire aussi : Les éoliennes réduisent notre facture d’électricité

Concilier transition et difficulté d’approvisionnement

Quel que soit leur bord politique, tous les candidats ont étudié dans leur programme la question de l’énergie qui sous-tend celle plus générale du climat et de l’avenir de la planète. Ce qui est sûr, c’est que le ou la futur(e) Président(e) devra relever le défi de concilier la transition énergétique aux éventuelles difficultés d’approvisionnement à venir en raison de la guerre en Ukraine, tout en garantissant des prix raisonnables et un confort de vie pour les consommateurs. On rappelle que le premier tour des élections aura lieu dimanche 10 avril 2022.

Lire aussi : Mais quel est donc le plus grand apôtre des énergies renouvelables ?

Lire aussi : Stockage de l’énergie : la France est-elle sur le bon chemin ?