En France, la production locale d’électricité renouvelable organisée par des groupes citoyens a le vent en poupe. Certes, seule, elle ne pourra pas assurer la transition énergétique. Mais il est clair que l’électricité décarbonée et citoyenne est une pierre d’angle dans la lutte contre le changement climatique.

Le 8 novembre, l’Ademe, la coopérative citoyenne Énergie Partagée, la Banque des Territoires et la Région Pays de la Loire ont organisé les Assises des énergies renouvelables citoyennes.

Les porteurs de projet, acteurs de terrain et de dispositifs d’accompagnement se sont ainsi rencontrés pour la deuxième fois. Ironie du sort, la rencontre se déroulait pendant qu’à Glasgow (Ecosse), la COP26 retenait l’attention du monde entier, vu l’urgence climatique.

Les organisateurs de l’événement ont élaboré un « programme pragmatique, riche d’exemples de terrain et de paroles d’élus ». Indispensable au soutien de nouvelles initiatives citoyennes, un mode d’emploi pour monter un projet a été proposé, avec présentation de feuilles de route types d’un projet citoyen, de dispositifs d’accompagnement (financiers ou techniques), de professionnels locaux ou de moyens de financement. Des dispositifs qui ont été plus finement détaillés lors des tables rondes ou des discussions dans les stands.

Energie Partagée

Co-organisatrice de l’évènement, la coopérative citoyenne Energie Partagée compte près de 7.000 coopérateurs et dispose d’un capital dépassant 28 millions d’euros. Elle intervient dans plus de 100 projets et réalisations. Elle affirme que l’énergie renouvelable citoyenne est « une réappropriation de l’énergie par les citoyens, non seulement financièrement par leur implication au capital de ces projets de territoires, mais aussi par une participation active aux réflexions de fond qui composent une transition énergétique durable et partagée ». Selon le cas, l’électricité est vendue sur le réseau ou consommée sur place, dans une logique d’autoconsommation.

Toujours selon Energie Partagée, la France compte un peu plus de 250 projets citoyens, dont 142 en fonctionnement, pour un total de 513,2 MW installés en éolien et photovoltaïque, et 21,1 MW pour la chaleur. La production totale annuelle dépasse 1.000 GWh d’électricité, soit la consommation de près de 900.000 personnes.