Planète OUI s’était déjà fait remarquer en accédant à la première place du classement Greenpeace des fournisseurs d’électricité verte (ex-aequo avec Enercoop). Aujourd’hui l’entreprise franchit une nouvelle étape de son développement en mettant en service ses propres centrales solaires.

Située à Saint-Germain de Prinçay, la première installation photovoltaïque gérée par Planète OUI a été mise en service ce 25 novembre. Trois autres suivront en décembre, tandis que les deux dernières seront opérationnelles début 2021. Les panneaux solaires sont installés en toiture sur des bâtiments à usage agricole : hangars de matériel, élevages de génisses ou de chèvres, stockages de céréales et de fourrage. « En choisissant d’investir dans la production renouvelable, Planète OUI s’engage pour la transition énergétique. Parce que nous sommes convaincus qu’un fournisseur vraiment vert peut et doit agir concrètement pour le développement des énergies renouvelables » explique l’entreprise.
Les 6 centrales de 100 kWc chacune sont implantées dans les Pays de la Loire. Leur construction a été confiée à la société IEL, laquelle sera également chargée de leur maintenance.

Des installations de taille « raisonnable »

L’ambition du fournisseur alternatif est de couvrir progressivement les consommations de ses clients avec ses propres productions. Mais pas n’importe comment ! Dans un souci d’aller vers un modèle énergétique décentralisé, favorisant le développement de petites centrales locales, Planète OUI privilégie les moyens de production de taille « raisonnable » : une ombrière photovoltaïque sur un parking, le toit d’un hangar agricole, un parc de quelques éoliennes … Ces installations s’intègrent mieux dans les territoires et leur environnement et elles sont plus accessibles en termes d’investissement. Mais surtout, elles sont plus disséminées et plus proches des lieux de consommation. Ainsi, le lien entre les consommateurs, les territoires, et l’environnement s’accentue.

Le  circuit court de l’énergie

C’est dans le cadre de cette logique de « circuit court de l’énergie » que Planète OUI s’est associée il y a quelques mois au développeur de projets Valorem pour proposer une offre de fourniture d’électricité 100 % verte à destination des riverains des installations photovoltaïques de Valorem.
Cette offre est déjà accessible aux habitants de Mézières-lez-Cléry et des communes limitrophes. Ils peuvent profiter de l’électricité produite par la centrale photovoltaïque implantée dans la commune et ce, à un tarif préférentiel : le prix du kWh coûte 10% de moins par rapport aux tarifs réglementés hors taxe.
Installée sur une ancienne carrière, cette centrale a injecté ses premiers électrons dans le réseau en mars 2020. D’une puissance de 5 MWc, elle devrait produire 6.400 MWh/an.

Planète OUI, premier au classement Greenpeace

Si les offres d’électricité verte foisonnent en France, il faut savoir qu’elles ne se valent pas toutes. Certaines sont « vraiment » vertes, et d’autres ne le sont en réalité que très peu. Plusieurs fournisseurs achètent en effet de l’électricité issue du charbon, du gaz fossile ou du nucléaire et se contentent ensuite de la « verdir » en se procurant chez d’autres producteurs des certificats appelés « garanties d’origine » (GO) : ces petits bouts de papier sont la preuve qu’une quantité d’électricité équivalente à celle fournie a bien été produite dans une installation renouvelable et injectée dans le réseau électrique, quelque part en Europe, souvent en Norvège ou en Islande où l’électricité verte est surabondante et où ces GO ne coutent presque rien.
Ce mécanisme ne permet pas de soutenir réellement les énergies renouvelables puisque l’argent du consommateur sert surtout à financer des énergies non renouvelables et à peine 1 % seulement de la facture va à l’achat des garanties d’origine.

C’est la raison pour laquelle Greenpeace, en France mais aussi en Belgique, a établi un classement des fournisseurs d’électricité verte après avoir enquêté sur l’origine de l’électricité fournie.
« Les fournisseurs les mieux cotés investissent l’essentiel de leurs revenus dans des capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable. Un contrat d’électricité « verte » chez un tel fournisseur contribue réellement à la transition énergétique et permet de soutenir directement les petits producteurs d’énergie renouvelable » explique l’ONG dans son Guide de l’électricité verte.

Dans l’édition 2020 du classement, Planète OUI arrive en tête, ex-aequo avec Enercoop. « Ce fournisseur s’approvisionne désormais à 100 % en énergies renouvelables. Il est également producteur d’électricité solaire et investit dans le raccordement de nouvelles capacités en France » écrit Greenpeace dans son avis sur Planète OUI.