L’observatoire des énergies renouvelables (Observ’ER) publie son rapport annuel sur le suivi du marché et des prix des pompes à chaleur (PAC) individuelles. Si la vente des PAC géothermiques reste faible depuis plusieurs années, celui des équipements aérothermiques connaît une belle envolée, portée par les systèmes air/eau ainsi que par les chauffe-eaux.

Le rapport publié en avril 2022 et qui concerne uniquement la France métropolitaine permet de constater que les PAC géothermiques n’ont pas bénéficié de la nette hausse observée pour les PAC aérothermiques, c’est-à-dire celles qui captent la chaleur dans l’air.

Lire aussi : Chauffage de la gare de Saint-Omer : un exemple de géothermie sur sondes

Peu de PAC géothermiques vendues en 2021

En effet, les PAC géothermiques se sont vendues à un total de 3 220 exemplaires en 2021. Ce segment  du marché a connu une croissance de 7,2 % depuis 2020 et retrouve son niveau de 2019 (3 475 équipements vendus) sans pour autant que la hausse soit très réjouissante.

L’observatoire rappelle en effet que depuis les années florissantes de 2007-2008 qui ont vu les ventes décoller autour de 20 000 équipements par an, la vente de ces modèles a fortement chuté pour se stabiliser autour de 3 000 unités par an. Il s’agit donc désormais d’un secteur de niche privilégié par les installations collectives.

Les explications résident d’après le rapport dans le coût élevé des équipements et la méconnaissance de ces produits de la part des consommateurs. La politique d’aide à l’achat mise en œuvre depuis 2019 par le biais de l’opération « Coup de pouce Chauffage » n’aura pas aidé.

Lire aussi : Les aides de l’Etat français pour s’équiper d’un chauffage écologique

L’envolée des PAC aérothermiques air/eau

En ce qui concerne le marché des PAC aérothermiques, il n’en va pas de même. En effet, les ventes ont connu une véritable envolée en 2021 avec une augmentation totale de 12,4 % depuis 2020. La hausse est portée surtout par la progression particulièrement forte des ventes de PAC air/eau (+48,6 %) avec 253 140 pièces vendues en 2021 (170 390 en 2020).

Les auteurs du rapport expliquent cette forte croissance par les aides accordées pour la rénovation énergétique des logements ainsi que par les promotions appliquées par les professionnels sur ce type d’équipements. Le remplacement des appareils vieillissants, de plus de 15 ans, a également permis la vente de PAC air/eau.
Notons que c’est la Région Île-de-France qui est la mieux équipée en 2021, juste devant la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Par ailleurs, les PAC air/air n’enregistrent quant à elles qu’une hausse de 3,9 % même si elle poursuit un mouvement d’augmentation continue depuis 2016.

Lire aussi : Europe : 50 millions de pompes à chaleur en 2030 … Vont-elles vampiriser le réseau ?

La vente de chauffe-eaux thermodynamique également en forte progression

En ce qui concerne les chauffe-eaux thermodynamiques, leur vente a connu une augmentation de 40 % avec 153 300 unités vendues en 2021 (109 500 en 2020). Cela s’explique par le rattrapage des travaux non réalisés en 2020 et par les nouveaux chantiers de maisons individuelles qui prévoient l’installation de cet équipement.

Enfin, le rapport fait un focus sur les appareils de chauffage central individuel en France, toutes énergies confondues. On peut noter que les chaudières au bois ont connu une nette croissance de 105 % en 2021 par rapport à l’année précédente.

Lire aussi : France : le gouvernement veut en finir avec le gaz et le fioul pour se chauffer

La méthodologie de l’étude : des questionnaires renvoyés par les professionnels

Comment cette étude a-t-elle été réalisée ? L’observatoire a envoyé des questionnaires aux fabricants, distributeurs et importateurs de PAC permettant de recueillir des données sur le marché en 2021.

À partir des résultats obtenus, une analyse large du secteur est réalisée. En effet, en se fondant sur les réponses reçues, l’observatoire extrapole les résultats pour les entreprises qui n’ont pas répondu en 2021 mais l’avaient fait les années précédentes en leur appliquant une moyenne. Et pour les entreprises qui n’ont jamais répondu, des données leur sont tout de même appliquées en étudiant notamment leur chiffre d’affaires afin d’estimer leur activité.

L’objectif est d’avoir une vision la plus globale et la plus fiable possible du secteur sur une année précise.

Lire aussi : Se chauffer sans électricité, gaz fossile, fioul ou bois ? C’est possible !

Lire aussi : Annecy : le réseau de chauffage d’un nouveau quartier puisera son énergie dans le lac