À Ventavon dans les Hautes-Alpes, un barrage à l’abandon se prépare à renaître pour accueillir une batterie de 30,2 MWh. D’ici 2022, le site permettra de stocker l’équivalent de la production d’un parc solaire de 10 hectares.

Mis en service en 1909, le barrage de Ventavon sur la Durance attendait une nouvelle vie depuis son abandon, en 1975. Délaissant l’hydroélectricité, il servira de site de stockage d’énergie par batterie stationnaire dès 2022. L’initiative portée par RTE s’inscrit dans le cadre du projet expérimental « RINGO », qui vise à stocker de l’électricité d’origine renouvelable pour optimiser son injection dans le réseau. Avec les communes de Bellac en Haute-Vienne et Vingeanne en Côte-d’Or, le site de Ventavon accueillera donc une méga-batterie.

Projection du futur site de stockage par batterie de Ventavon.

Publicité
Installation de pompe à chaleur
Installation de pompe à chaleur

Demandez 3 devis comparatifs aux installateurs de votre région. Gratuit, sans pub et sans engagement.

En friche depuis 45 ans, l’ancien barrage est actuellement en travaux pour préparer l’arrivée des packs, qui totaliseront 30,2 MWh de capacité. Un volume qui correspond à la production d’un champ photovoltaïque de 10 hectares selon RTE. Ces batteries LMP (Lithium Métal Polymère) pourront délivrer jusqu’à 10 MW au réseau dès leur mise en service industrielle, prévue pour l’été 2022. Pour se faire une idée, la puissance équivaut à la consommation instantanée d’environ 10.000 foyers. Fabriquées par Blue Solutions, une filiale du groupe Bolloré, les batteries seront installées par ENGIE Solutions, une entité de l’énergéticien français.


>>> Lire aussi : Stocker de l’électricité dans vos briques: cela sera bientôt possible !


Elles parviendront sur le site en avril 2021 avant d’être intégrés dans 77 armoires placées au cœur du barrage, à l’endroit même où l’eau s’engouffrait dans les conduites forcées. Les premiers essais doivent débuter deux mois plus tard, en juin. Pour l’histoire, la centrale de Ventavon disposait d’une puissance de 23 MW grâce à une chute de 57 m alimentée par les eaux dérivées de la Durance. Elle a été rendue commercialement inexploitable à la mise en service du gigantesque barrage de Serre-Ponçon et des aménagements hydroélectriques Durance-Verdon.

La centrale de Ventavon en 1950 – Crédit : Denis Buffet


>>> Lire aussi : A La Coche, EDF inaugure la centrale hydroélectrique la plus puissante de France