Alors que les énergies renouvelables et l’éolien en particulier ne sont pas défendues au même titre par les deux finalistes de l’élection présidentielle, les acteurs du secteur veulent faire savoir que leur filière est source de profit pour l’État. À l’heure de la crise énergétique qui fait flamber les prix de l’électricité et du gaz, les énergies renouvelables pourraient retrouver un second souffle !

Pour soutenir le développement des énergies renouvelables et atteindre l’objectif de 33 % pour le secteur d’ici 2030, l’État s’est engagé à réaliser des investissements importants.

3,3 milliards d’euros économisés par l’État en 2021

S’agissant de l’énergie produite par ces installations, dans le cas où elle est revendue directement sur les marchés, l’État s’engage à compléter la rémunération du producteur lorsqu’il y a une différence entre le prix de vente de l’électricité produite et un prix garanti fixé par arrêté. Mais si la différence engendre un solde positif au profit du producteur, celui-ci doit le reverser à l’État.

Or, avec l’envolée des prix sur le marché depuis plusieurs mois, les installations photovoltaïques ou éoliennes ont permis d’encaisser des bénéfices conséquents. Ainsi, en 2021, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait prévu un budget de 5,7 milliards d’euros pour rémunérer les producteurs. Finalement, l’État a économisé 3,3 milliards d’euros puisque seuls 2,4 milliards d’euros ont été suffisants pour réaliser la rémunération prévue.

Lire aussi : IRENA : un nouveau rapport confirme la chute prodigieuse du coût des renouvelables

Des économies qui devraient tripler en 2022

L’association France Énergie Éolienne (FEE) qui représente et défend le secteur sur le territoire estime que la situation va perdurer en 2022 et que l’économie pourrait représenter le triple de celle réalisée en 2021.

De quoi redorer l’image des énergies renouvelables (et en particulier de l’éolien) en permettant aux professionnels de la filière d’inciter l’État à faciliter davantage le développement de leurs installations puisque la France est en retard sur ses objectifs en la matière.

En effet, le pays n’a atteint que 19 % de part d’énergie renouvelable en 2020 dans sa consommation finale totale, alors que son objectif était de 23 % à cette date.

Par ailleurs, sur son site internet, la FEE rappelle que l’éolien a généré 22 600 emplois en France en 2021 au sein de 900 entreprises. Et l’éolien entend bien occuper une place de choix dans la transition énergétique française.

Lire aussi : Les renouvelables, le dernier espoir du GIEC

Lire aussi : Eoliennes : Barbara Pompili monte au créneau !