La centrale hydroélectrique de Baihetan a produit ses premiers gigawattheures. Ce barrage, le second plus puissant au monde, fait partie d’un vaste aménagement qui couvrira à terme plus de 2,6 % des besoins en électricité de la Chine.

En apparence, rien ne distingue le barrage de Baihetan (Chine) d’une centrale hydroélectrique européenne. Ses caractéristiques n’ont pourtant rien de comparable. L’ouvrage haut de 289 m développe une puissance phénoménale de 16 GW, fournie par 2×8 turbines Francis de 1 GW chacune. Les deux premières viennent d’entrer en service, les suivantes le seront progressivement jusqu’en juillet 2022.

L’étape est symbolique, le barrage de Baihetan est en effet le dernier maillon d’un impressionnant complexe hydroélectrique. Il fait partie d’une « cascade » de 4 ouvrages entravant le fleuve Jinsha (la partie supérieure du Yangtze, où se trouve 1 400 km en aval le célèbre barrage des Trois-Gorges).

Publicité


Cet ensemble cumule 46,46 GW de puissance installée, équivalant à celle de 28 réacteurs nucléaires de type EPR. Le complexe doit produire environ 190 TWh d’électricité chaque année, soit un peu plus de 2,6 % de la consommation chinoise (7 230 TWh en 2019). A lui seul, le site de Baihetan générera 62,44 TWh. Son coût est estimé à 220 milliards de yuans (29 milliards d’euros).

Quels impacts sur l’environnement ?

Si cette cascade hydroélectrique permet à la Chine d’augmenter considérablement sa production électrique bas carbone, elle implique d’importants désordres sociaux et environnementaux. Avec sa retenue longue de 182 km, le barrage de Baihetan a par exemple nécessité le déplacement de plus de 102 000 habitants (dédommagés par une enveloppe moyenne d’environ 86 000 € par personne selon les autorités locales).

Il a également engendré la perte de 85 km² de terres agricoles et 68 km² de forêts. Son impact sur les écosystèmes est donc considérable, d’autant que l’ouvrage, de part son gigantisme et l’absence d’aménagements spécifiques, ne permet pas la traversée des poissons. Certaines espèces migratoires devraient ainsi disparaître. Baihetan pourrait toutefois être le dernier barrage géant de Chine, le pays ayant presque entièrement épuisé son potentiel pour la grande hydroélectricité. D’autres modes de production décarbonés moins impactants comme les parcs solaires et éoliens s’y développement massivement depuis quelques années.