Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la centrale nucléaire de Creys-Malville a cessé de fonctionner en 1997. Depuis, le processus de démantèlement est mis en œuvre quotidiennement  par 300 salariés. Une nouvelle destination a été trouvée pour le site par EDF qui va y installer un parc solaire au sol.

Souvenez-vous, située en Isère, la centrale de Creys-Malville était le site du Superphénix, le premier prototype de la filière des réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium. Depuis la fin des années 70, il fut l’un des grands objets de la contestation anti-nucléaire, jusqu’à son abandon par le gouvernement de Lionel Jospin dans les années 90. La lente opération de démantèlement se réalise depuis plusieurs années. Selon EDF, il s’agit du plus grand réacteur nucléaire en déconstruction dans le monde aujourd’hui.

Lire aussi : Nucléaire, stop ou encore ?

Un parc photovoltaïque de 10 hectares

Mais que va devenir le site une fois cette opération réalisée ? EDF Renouvelables vient d’annoncer qu’elle envisageait d’y installer une centrale photovoltaïque au sol. D’une surface de 10 hectares, le parc solaire aura une puissance de 10,2 MWc, de quoi couvrir la consommation électrique annuelle de 5 900 habitants.

Le chantier de terrassement ayant débuté en octobre 2021, ce sont maintenant les travaux de construction à proprement parler qui commencent.

Lire aussi : Des centrales solaires sur un ancien pas de tir de missiles nucléaires

22 000 panneaux et une campagne de financement participatif

22 000 panneaux photovoltaïques seront installés dans le courant de l’été 2022, pour une mise en service du site prévue en 2023. EDF Renouvelables a également annoncé que les riverains pourront investir dans le projet à partir de juin 2022, grâce la mise en place d’une campagne de financement participatif.

Pour Sofiane Boukebbous, Directeur de Zone Sud-Est et Outre-Mer d’EDF Renouvelables, ce projet « symbolise la continuité d’une production d’énergie bas carbone et le savoir-faire des équipes du site de Creys en termes de démantèlement nucléaire. Ce nouveau projet participe à la mise en œuvre du Plan solaire d’EDF ». Celui-ci prévoit de faire d’EDF un acteur incontournable dans le secteur de l’énergie solaire en France, avec un objectif de 30 % de parts de marché d’ici 2035.

L’énergéticien fait également valoir que le projet créera de l’emploi dans la région, en complément de celui généré par les opérations de déconstruction de la centrale.

Lire aussi : La première centrale solaire française sans subvention mise en service

Lire aussi : EDF doit arrêter trois réacteurs supplémentaires, la production nucléaire au plus bas depuis 1991