Conçu par Aerondyn Engineering et EnBW, le prototype d’éolienne flottante à double rotor Nezzy² a survécu à une tempête en mer Baltique.

Sur l’image, on croirait voir deux éoliennes gîter avec violence sous l’action des vagues. Il n’en est rien : Nezzy² est simplement une éolienne au design étonnant. Haut de 18 m, le prototype testé est à l’échelle 1:10, soit dix fois plus petit que la future version de série. Il est composé de deux rotors retenus par des haubans et placés en « V » sur une plateforme flottante, elle-même ancrée par six câbles au plancher marin.

L’éolienne double a été testée dans la baie de Greifswald, sur la côte baltique en Allemagne, dans des conditions météorologiques extrêmes. Équipée de 180 capteurs enregistrant ses mouvements, Nezzy² a subi une tempête équivalant à un cyclone de catégorie 4 à 5 et à des vagues de 30 m de haut, une fois rapportée à son gabarit futur. Selon Aerondyn, le prototype serait resté stable au cours du jour et demi de mauvais temps. « Nos tests ont montré que notre modèle est maintenant prêt à être testé en mer à grande échelle » a affirmé le patron de la firme.

Publicité
Installation de petite éolienne
Installation de petite éolienne

Demandez 3 devis comparatifs aux installateurs de votre région. Gratuit, sans pub et sans engagement.

Le prototype a maintenant été démonté. Les équipes d’Aerondyn, une entreprise américaine d’engineering et d’ENBW, un énergéticien allemand, travaillent désormais à la conception du modèle de taille réelle, qui sera testé en Chine fin 2021 ou début 2022.

L’éolienne Nezzy² (à droite) comparée aux éoliennes en mer conventionnelles.

Le principal atout de l’éolienne Nezzy² est sa conception sur plateforme flottante. En effet, l’immense majorité des turbines en mer est aujourd’hui fixée aux fonds par un pieu ou un « jacket », une tour en treillis. Ces techniques nécessitent le percement de fondations sous-marines et limitent les possibilités d’installation aux zones n’excédant pas 50 m de profondeur. Avec Nezzy², il sera donc possible de placer des éoliennes offshore sur n’importe-quel bout de mer ou d’océan venteux dont le fond est à moins de 300 m.


>>> Lire aussi : Décollage de l’éolien flottant : son potentiel est énorme