Le développement des énergies renouvelables, et en particulier de l’éolien et du solaire représentent une menace importante pour le business juteux des multinationales du pétrole. Au point que deux des lobbies pétroliers et gaziers les plus puissants des États-Unis – l’American Petroleum Institute (API) et l’American Gas Association (AGA) – inondent Facebook de publicités destinées à contrer les énergies vertes.

Les données publicitaires analysées par le groupe de réflexion indépendant InfluenceMap montrent qu’entre le 11 août 2021, date à laquelle le Sénat américain a adopté une résolution budgétaire favorable au développement des renouvelables, et le 30 septembre de cette année, l’API a dépensé 423 000 dollars en publicités sur Facebook, lesquelles ont été vues 21 millions de fois sur la période.

Le 8 août, l’API a consacré 10 800 dollars en messages payants sur Facebook, battant ainsi son propre record de 10 300 $, qui avait été établi lorsque Joe Biden avait annoncé son plan climatique pendant la campagne pour l’élection présidentielle aux USA.

Les dépenses de l’AGA sur Facebook ont ​​également augmenté depuis le 11 août, mais pas autant que celles de l’API. En un mois, ce lobby a consacré 18 000 $ en publicités ciblées. Celles-ci véhiculent toutes des messages qui incitent les gens à demander à leur représentant au Capitole de voter contre les programmes favorables aux renouvelables, présentés comme responsables de la « hausse des coûts de l’énergie ».

Total se retire de l’API

Rappelons que le groupe TotalEnergies n’a pas renouvelé son adhésion à l’API au début de cette année en raison de divergences entre les positions de cet organisme sur le climat et celles de l’énergéticien français, lequel soutient officiellement les objectifs de l’Accord de Paris. TotalEnergies regrette notamment que l’API s’était engagée lors des dernières élections aux USA en faveur de candidats qui s’étaient exprimés contre le soutien des Etats-Unis à cet Accord.