En quelques mois, deux projets de parcs solaires 100% citoyens ont vu le jour dans le sud de la France. Le premier a été inauguré à Aubais en avril dernier ; le second sera construit en 2021, sur l’ancien site de stockage de déchets de Mallemort de Provence.

En 2011, un groupe de citoyens d’Aubais, jolie bourgade de 2.600 habitants situé dans le Gard, s’était mobilisé pour s’opposer au projet d’exploitation du gaz de schiste dans la région.

Après avoir créé une coopérative baptisée « Les Survoltés », les mêmes citoyens ont mis en commun leurs compétences et leurs efforts pour, cette fois, développer un projet de production d’énergie renouvelable.
Les Survoltés d’Aubais ont eu l’idée de construire une centrale solaire sur une ancienne décharge qui n’était ni constructible, ni cultivable.

Publicité
Récupération des eaux de pluie
Récupération des eaux de pluie

Demandez 3 devis comparatifs aux installateurs de votre région. Gratuit, sans pub et sans engagement.

Aucun financement bancaire

La coopérative a réussi à lever 175.000 € auprès de ses coopérateurs, a bénéficié d’une aide de la région Occitanie de 100.000 €, ainsi que d’une avance de 50.000 € d’Energie Partagée, parvenant ainsi à financer ce projet local de 340.000 € sans aucun emprunt bancaire.

En optant pour des panneaux provenant d’une entreprise toulousaine, les citoyens d’Aubais ont démontré qu’il était possible de réaliser un projet 100% local.
Le parc solaire produit 380 MWh par an, ce qui couvre l’équivalent de la consommation annuelle de 280 habitants hors chauffage.

Les Survoltés d’Aubais

A Mallemort, un groupement 100% citoyen est désigné pour la réalisation du projet

Dans le cas de Mallemort, il s’agit également de valoriser une ancienne décharge improductive. D’un côté, un terrain pollué de plus de 10 hectares excluant toute activité humaine immédiate ou exploitation agricole, inexploitable par le propriétaire ; d’une autre, une surface équivalant à une quinzaine de terrains de football dans une région où le foncier disponible se fait rare. Elle sera affectée à la production d’électricité verte citoyenne.

Dans le but de valoriser au mieux cette terre en friche, la Métropole Aix-Marseille-Provence a lancé un « Appel à Manifestation d’Intérêt photovoltaïque » pour transformer le site de Mallemort, dont elle est propriétaire, en une centrale électrique solaire.

L’heureux lauréat désigné pour développer le projet est un groupement constitué de Cap Vert Energie, producteur indépendant d’énergie renouvelable dont le siège est établi à Marseille, Energie Partagée, acteur de référence dans le montage financier de projets participatifs, et Enercoop Paca, antenne locale du fournisseur d’électricité 100% verte Enercoop.

La Métropole Aix-Marseille-Provence a fait le choix d’un projet innovant qui met l’accent à la fois sur les retombées économiques locales et sur la concertation entre riverains et partenaires institutionnels.

Un projet rentable et résolument citoyen

La structure créée met en place un véritable circuit court : Enercoop achètera l’électricité renouvelable auprès de Cap Vert Energie et d’Energie Partagée pour ensuite la revendre directement à ses clients. Producteur et consommateur doivent tous deux être actionnaires de la coopérative (SCIC).

Du fait de l’existence d’un PPA privé (Power Purchase Agreement, ou contrat d’achat de gré à gré) entre acheteur et producteur, la Métropole Aix-Marseille-Provence est dispensée de se soumettre à un appel d’offres de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

En quelques chiffres…

Le parc photovoltaïque aura une puissance nominale de 2,7 MW. Grâce à un taux d’ensoleillement élevé (coefficient de charge de 20%, soit plus de 1.700 heures pleine charge/an), les panneaux devraient produire 4.770 MWh chaque année, et couvrir ainsi l’équivalent de la consommation électrique de 4000 habitants.
Le parc solaire permettra d’éviter l’émission annuelle de 430 tonnes de CO2.

Que ce soit à Aubais ou à Mallemort, les citoyens espèrent voir leur modèle répliqué dans toutes les régions de France. L’occasion de rappeler que, malgré tout, il existe déjà 270 projets 100% citoyens en France !