Située sur un ancien aérodrome de l’Otan, inutilisé depuis sa création, la centrale solaire de Marigny (Marne) a été inaugurée ce 14 octobre. En service depuis le mois d’août et exploitée par le producteur indépendant d’énergies renouvelables CVE, elle affiche une puissance de 30 MWc, pour une production qui permet de couvrir la consommation électrique annuelle de 16 500 habitants.

Le projet a été initialement développé par l’électricien norvégien Statkraft et vendu à CVE en 2020. Les panneaux sont installés sur les trois kilomètres de la piste d’un ancien aérodrome de l’OTAN, inutilisé depuis sa création. C’est l’une des centrales solaires les plus longues de France, et la plus grande du département de la Marne. Avec ses 69 000 panneaux, elle produit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 16.500 habitants.

 

Soucieuse de son impact environnemental, CVE a choisi de n’exploiter que 16 hectares sur les 42 que compte le site, afin de préserver la biodiversité. « Il y a des endroits où l’on n’implante pas d’équipements, parce qu’on était sur des pelouses qui constituaient l’habitat d’espèces protégées », a confié Pierre de Froidefond, le co-président et fondateur de CVE, dans les colonnes de France Bleu.  « Le respect de l’environnement et l’ancrage territorial sont le fil rouge de tous nos projets, en France comme à l’international. Nous sommes fiers d’avoir construit et maintenant d’exploiter cette nouvelle centrale solaire dans le respect de la faune et de la flore locale » a-t-il encore précisé dans un communiqué. L’entreprise s’est même engagée à faire de l’éco-pâturage avec un troupeau de brebis.

Ambitions

Au total, CVE a investi 25 millions d’euros dans ce projet. La communauté de commune du Sud marnais, propriétaire de l’aérodrome bénéficiera de retombées économiques puisqu’avec le loyer et les différentes taxes, elle touchera huit millions d’euros sur 30 ans.
CVE a également été choisie pour porter un projet similaire en Champagne-Ardenne. Elle exploitera une centrale photovoltaïque sur une autre ancienne base de l’OTAN à Regniowez dans les Ardennes.

L’ambition de l’entreprise est de disposer d’une puissance installée de 2 GWc à l’horizon 2025.