Qu’a-t-il bien pu arriver à cette éolienne pour que ses pales se retrouvent épluchées telle une vulgaire banane ? Si les spéculations vont bon train, la réponse est toute simple. Située au Texas, la turbine a été endommagée par une tornade. Des dégâts finalement limités au regard de la puissance du phénomène.

Contrairement à certaines rumeurs relayées sur les réseaux sociaux, cette éolienne n’a pas « fondu » sous la canicule. La turbine, implantée à Wadsworth au sud-est du Texas, s’est retrouvée en mauvaise posture au passage d’une tornade le 14 juin dernier. Les images impressionnantes de l’engin endommagé ont été publiées par le service météorologique NWS Houston sur Twitter ainsi que sur Reddit par un technicien éolien.

Difficile de résister à une tornade

Elles montrent une éolienne aux allures de fleur fanée, dont les pales ont été littéralement épluchées par le phénomène. Composées d’un mélange de bois et de résine, elles n’ont évidemment pas résisté aux vents violents et désordonnés qui peuvent souffler jusqu’à 500 km/h au centre d’une tornade.

Des morceaux de pales auraient également heurté un transformateur au sol, générant un incendie. À l’inverse, le mât et la nacelle en acier ainsi que les fondations en béton semblent parfaitement intacts. La turbine devrait ainsi pouvoir être réparée sans difficultés particulières. Les trois autres éoliennes situées à proximité ont manifestement été épargnées, trahissant la morphologie très localisée d’une tornade.

Un incendie aurait été provoqué par la chute de morceaux de pales sur un transformateur. / Photo : jeremyRockit – Reddit

Comment une éolienne réagit en cas de tempête ?

Il faut savoir que les aérogénérateurs sont généralement capables de fonctionner jusqu’à une vitesse de vent de 90 km/h. Ils disposent d’un système de freinage et d’orientation des pales limitant la prise au vent pour stopper leur rotation en cas de tempête. Dans les zones soumises au risque cyclonique, certaines éoliennes bipales peuvent même être couchées au sol le temps de l’alerte. À l’arrêt, les éoliennes peuvent donc résister à de violentes intempéries.

 

Un modèle récent installé au large du Croisic (Loire-Atlantique) est d’ailleurs sorti indemne de la tempête Alex en septembre 2020. Malgré une rafale enregistrée à 141 km/h et jusqu’à 9 mètres de hauteur de houle, l’engin n’a subi aucun dommage. Bien que médiatisés et massivement relayés sur les réseaux sociaux, les accidents sont finalement rares. Ils sont généralement dus à une défaillance des systèmes de freinage plus qu’à une faiblesse de la structure.

Par ailleurs, les éoliennes ont une capacité de résilience aux catastrophes naturelles plus élevée que certains modes de production d’électricité. L’ensemble du parc éolien japonais n’a par exemple pas été affecté par le tsunami de 2011, lorsque de nombreuses centrales fossiles et nucléaires ont dû interrompre leur production. Leur conception simple autorise également des réparations faciles et rapides.

Publicité