Coupe sobre, coloris gris métallique, textile alvéolé technologique : cette veste solaire pourrait tout droit sortir d’un long-métrage dystopique. Conçue par des universitaires finlandais, elle permet d’alimenter de petits appareils en électricité.

Le temps des vêtements photovoltaïques disgracieux est révolu. Fini les gros panneaux noirs collés en saillie sur les textiles : désormais, les cellules se fondent avec la silhouette. Des chercheurs de l’université d’Aalto à Helsinki (Finlande) ont développé une veste solaire discrète, au style résolument épuré et moderne. Le résultat est assez surprenant : il est impossible de distinguer les capteurs présents sur le vêtement.

Un tissu en trompe-l’œil

Les scientifiques n’ont pourtant pas inventé un nouveau type de cellule solaire invisible et tricotable. Leur travail s’est essentiellement porté sur le textile externe, qui camoufle les panneaux pris en sandwich dans la veste.

Il s’agit de cellules flexibles en silicium amorphe complétées par une constellation de mini-cellules rigides en silicium monocristallin. Deux technologies répandues, savamment invisibilisées au moyen d’un tissu à maille large. Ce dernier laisse passer une partie de la lumière tout en créant un effet trompe-l’œil. En réalité, les panneaux sont donc bien visibles à travers les innombrables alvéoles.

Alimenter des petits capteurs autonomes

La veste ne produit pas assez d’énergie pour recharger un smartphone, selon l’équipe d’universitaires, composée de doctorants et professeurs en design et physique appliquée. Elle serait toutefois capable d’alimenter des capteurs embarqués tels que des thermomètres, hygromètres, altimètres et podomètres. Des équipements qui pourraient être utiles dans de futurs vêtements pour sportifs et tenues de travail, et présenteraient l’avantage de ne pas nécessiter de recharge externe.

Les cellules étant enveloppées dans un film plastique, la veste résiste à 50 lavages en machine à une température maximale de 40°C, expliquent les chercheurs. Si la présence des cellules est « perceptible » lorsque l’habit est porté, elles « n’entravent pas le mouvement naturel du dos » assurent-ils. Reste à trouver une application commerciale réaliste, à l’heure où les batteries externes sont de plus en plus compactes et abordables.