La course au gigantisme éolien est relancée : le constructeur chinois MingYang vient d’annoncer le développement d’une turbine offshore de 16 MW. De quoi supplanter en termes de puissance ses principaux concurrents dans le segment en plein boom de l’éolien marin.

Avec une hauteur de 260 mètres, des pales de 107 m et les 13 mégawatts (MW) développés par le prototype en service dans le port de Rotterdam, l’Haliade-X produite par General Electric (GE), détient le record du monde de puissance éolienne. Pour l’instant, car la concurrence est âpre sur le marché en plein développement des turbines offshore.
L’année passée, l’entreprise germano-espagnole Siemens Gamesa, leader mondial de l’éolien en mer, annonçait le lancement d’une nouvelle série, la SG 14-222 DD. Avec des pales de 108 mètres (1 m de plus que l’Haliade-X), fabriquées en une seule pièce, et un rotor de 222 mètres, elle devrait développer 14 MW et pourrait même être débridée à 15 MW avec la fonction « Power Boost ». Et à peine quelques mois plus tard, le danois Vestas, numéro 1 mondial de l’éolien (toutes catégories confondues), dévoilait à son tour un projet de turbine géante de 15 MW destinée à rattraper son retard sur ses rivales dans l’offshore.

De l’électricité pour 20.000 ménages

Mais les prototypes de Siemens Gamesa et Vestas ne sont pas encore construits qu’une machine encore plus gigantesque est déjà annoncée, en Asie cette fois. Il y a quelques jours, MingYang Smart Energy, le plus important constructeur chinois d’éoliennes a en effet révélé son nouveau modèle : la MySE 16.0-242, une éolienne offshore de 264 mètres de haut, dotée de pales de 118 m, et qui devrait développer une puissance de 16 MW. Son rotor de 242 mètres balayera une surface de 46.000 m2, plus grande que celle de six terrains de football. Selon le fabricant, elle pourra générer chaque année 80.000 MWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation de 20.000 ménages.

MingYang précise dans son communiqué que la conception de la MySE 16.0-242 a déjà été approuvé par l’organisme certificateur DNV (Det Norske Veritas), un des plus renommés au monde, ainsi que par le Centre Chinois de Certification (CGC). Un premier prototype sera construit en 2022 pour une mise en service en 2023. La production commerciale est prévue au premier semestre de 2024.