Les autorités écossaises ont annoncé en janvier les résultats de l’appel d’offres géant ScotWind portant sur quinze zones en mer vouées au développement de parcs éoliens offshore. Elles ont attribué 17 projets, qui couvrent un peu plus de 7 000 km² et totalisent une puissance nominale cumulée de 25 GW, soit l’équivalent de 15 réacteurs nucléaires de type EPR. C’est bien davantage que la totalité du parc éolien français dont la capacité actuelle s’élève à 18 GW. Parmi les lauréats figurent des coopératives citoyennes qui ont obtenu 3 sites.

Dans les projets retenus, dix seront flottants, six seront posés sur le fond marin et l’un des parcs sera mixte.
74 candidats avaient déposés des offres. Si la plupart des grandes majors européennes de l’énergie comme BP, Shell, TotalEnergies ou Iberdrola ont obtenu des concessions, 3 sites ont été attribués à un partenariat impliquant Energy4All, une fédération de 30 coopératives citoyennes britanniques qui comptent ensemble près de 17.000 membres et ont rassemblé des capitaux pour plus de 80 millions de livres sterling (environ 152 millions d’euros). Les zones attribuées au consortium à participation citoyenne pourraient accueillir un total d’environ 3 GW de capacité éolienne offshore. Ces projets devraient être opérationnels d’ici la fin de la décennie.

Lire aussi : L’éolien offshore s’ouvre à l’investissement citoyen

En Belgique les coopératives s’organisent pour participer aux projets offshore

Rescoop.eu, la fédération des coopératives européennes de production d’énergie renouvelable a célébré cet important succès pour le mouvement associatif grâce auquel les citoyens pourront bénéficier d’une partie des bénéfices engendrés par les parcs éoliens offshore.

Cette réussite est de bon augure pour les autres associations de coopératives européennes qui envisagent aussi leur participation aux projets offshore. En Belgique, notamment, les coopératives wallonnes et flamandes s’organisent pour participer aux prochaines enchères qui attribueront des capacités éoliennes pour un total de 3,5 MW au sein de la nouvelle zone princesse Elisabeth prévue dans les eaux territoriales belges de la mer du nord.

Lire aussi : Parcs éoliens offshore : un paradis pour les poissons, crabes, moules et autres espèces marines

Lire aussi : D’ici 2026, la Belgique construira la première île énergétique d’Europe