À l’occasion de la présentation du plan de résilience de l’économie, établi en raison de la crise énergétique, la ministre de la Transition Écologique, Barbara Pompili a annoncé le renforcement des aides liées au remplacement des chaudières fonctionnant au gaz ou au fioul.

Compte tenu de la guerre en Ukraine provoquée par la Russie, la ministre a rappelé lors de sa déclaration du 16 mars 2022, la volonté du chef de l’État de ne plus dépendre du gaz russe d’ici 2027. Pour cela, plusieurs mesures vont être prises dont notamment le renforcement de l’aide instaurée dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’. Le but est d’inciter les consommateurs à remplacer leur chaudière alimentée au gaz ou au fioul.

Lire aussi : Se chauffer sans électricité, gaz fossile, fioul ou bois ? C’est possible !

Encourager les pompes à chaleur et les chaudières biomasse

À ce titre, le gouvernement va verser une aide complémentaire de 1 000 euros aux particuliers, pour tout travaux visant à remplacer une chaudière à gaz par un mode de chauffage renouvelable telle qu’une pompe à chaleur (comprenant les modèles hybrides) ou une chaudière biomasse.
Rappelons qu’une chaudière biomasse fonctionne comme les modèles au gaz ou au fioul à la différence que le combustible utilisé n’est pas le même. Il s’agira de bois ou de résidus organiques, ce qui en fait un mode de chauffage écologique.

La mesure annoncée prendra effet à partir du 15 avril 2022 et sera applicable jusqu’à la fin de l’année. Elle permettra aux ménages de bénéficier jusqu’à 9 000 euros d’aides, contre 8 000 euros jusque-là, pour changer leur mode de chauffage.

Lire aussi : France : flambée des chaudières biomasse et des pompes à chaleur en 2021

Fin concomitante des aides liées à l’installation d’une chaudière au gaz

Pour être en cohérence avec cette mesure, le gouvernement va supprimer, à compter du 1er janvier 2023, les aides accordées pour l’installation de nouvelles chaudières au gaz. Un délai qui permet aux ménages et aux entreprises de s’adapter, précise le ministère.

La ministre considère ainsi que les ménages même modestes auront plus de facilité à se passer d’un mode de chauffage au gaz, en cumulant les aides de MaPrimeRénov’ aux certificats d’économie d’énergie (CEE) obtenus par le biais de leurs fournisseurs.

Lire aussi : Europe : 50 millions de pompes à chaleur en 2030 … Vont-elles vampiriser le réseau ?

Lire aussi : Tout savoir sur le granulé de bois, le combustible en vogue

Lire aussi : La chaudière à hydrogène débarque en France