Une entreprise toulousaine a conçu une « batterie thermique  mobile » qui permet de récupérer la chaleur perdue produite par le secteur industriel pour la redistribuer ensuite à d’autres sites de consommation.

L’entreprise Water Horizon s’est donnée pour mission de récupérer la chaleur perdue, appelée « chaleur fatale », émise par des sites industriels, pour la redistribuer dans des lieux de consommation sous forme d’énergie renouvelable.
En effet, dans les usines, de nombreux processus produisent de la chaleur qu’il n’est pas possible d’utiliser sur place et qui est donc rejetée dans l’environnement.

À l’heure actuelle, si la chaleur rejetée est supérieure à 300 °C, elle peut être utilisée pour produire de l’électricité. En dessous de cette température, elle peut alimenter des réseaux de chaleur. Problème : quand aucun réseau de ce type n’existe à proximité immédiate, cette chaleur se perd dans l’environnement, sans pouvoir être valorisée.

Lire aussi : Strasbourg : une aciérie allemande fournira de la chaleur au réseau de chauffage urbain

Stockage de la chaleur sous forme chimique

C’est à ce niveau que l’innovation de Water Horizon intervient en récupérant cette énergie, « sans aucune déperdition », pour la stocker sous forme chimique dans des « batteries thermiques ». Celles-ci sont conduites sur des camions jusqu’à différents lieux de consommation, situés jusqu’à 50 km à la ronde pour produire de la chaleur ou du froid, en fonction des besoins.

Comment cela fonctionne concrètement ? Du sel hygroscopique absorbe la vapeur d’eau contenue dans l’air chaud capté, pour produire une solution saline liquide. Cette solution est ensuite transportée sur les sites de consommation où il suffit de provoquer une évaporation pour obtenir du froid, où une condensation pour restituer de la chaleur.

Selon l’entreprise, sa solution permet d’éviter jusqu’à 95 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à une production d’une quantité équivalente d’énergie carbonée.

Lire aussi : Un taux d’autoconsommation proche de 100% grâce à une batterie à stockage thermique

Une levée de fonds de 5 millions d’euros

Fondée en 2017, la start-up Water Horizon a remporté, en 2020, le Trophée de l’Énergie positive par l’intermédiaire de son CEO Jean-Emmanuel Faure.
Son innovation a été soutenue par la région Occitanie et BPI France. Un contrat de partenariat a également été conclu avec Dalkia pour permettre d’industrialiser le projet.

En mars 2022, la société a réalisé une levée de fonds de 5 millions d’euros grâce au programme « Territoire d’innovation » qui va lui permettre de poursuivre le développement de sa batterie thermique.

Lire aussi : La poudre de fer sera-t-elle l’énergie du futur? Jeff Bezos et Bill Gates en sont persuadés

Lire aussi : Siemens Gamesa stocke l’énergie éolienne dans des roches volcaniques