L’ADEME et le ministère de la Transition Ecologique ont dévoilé hier les résultats d’un nouveau sondage « Les Français et l’énergie éolienne ». Réalisé par Harris Interactive. Il révèle que les critiques récurrentes exprimées par les opposants à l’éolien n’ont pas impacté l’image globalement positive de l’énergie éolienne auprès des Français. Les élus et les candidats à l’élection présidentielle qui, à l’instar de Xavier Bertrand, ont fait de l’opposition à l’éolien leur cheval de bataille font-ils fausse route ?

Un nouveau sondage Harris Interactive indique que 73% des Français ont une bonne image de l’énergie éolienne. 71 % des sondés se montrent même favorables à son développement. Des chiffres qui confortent ceux des années antérieures (76% de bonne image en 2020 et 73% en 2018). La population adhère donc toujours au déploiement de l’énergie éolienne, dans un contexte où le développement des renouvelables est jugé nécessaire face au dérèglement climatique par 85% des Français. Cette adhésion est encore plus marquée pour les personnes ayant une résidence principale ou secondaire à moins de 10 km d’un parc éolien (80% de bonne image, et 89% de personnes qui jugent le développement de l’éolien nécessaire).

Adhésion à l’éolien pour combattre le dérèglement climatique

« Depuis plusieurs mois, les énergies renouvelables et en particulier les éoliennes, font l’objet de vifs débats, voire sont les cibles de virulentes controverses. Ce sondage nous montre aujourd’hui que la relation entre les Français et l’énergie éolienne n’est pas aussi polarisée qu’il n’y parait. Les chiffres dévoilés aujourd’hui dépeignent au contraire une adhésion à cette source d’énergie pour faire face au dérèglement climatique », commente Arnaud Leroy le PDG de l’ADEME.

Deux focus régionaux ont été réalisés, dans les Hauts-de-France et dans le Grand-Est, régions où sont implantés de très nombreux parcs éoliens. L’enquête démontre que l’image de l’énergie éolienne y est légèrement plus positive que celle mesurée auprès de l’ensemble des Français. 

Belles ou laides ?

L’aspect esthétique des parcs éolienscritère subjectif et propre à chacun, partage les citoyens, que ce soit au niveau national ou régional. Ainsi, pour 1 personne sur 2, les éoliennes sont considérées comme « plutôt belles » ou « très belles ».  Ce critère marque également un clivage générationnel : 67% des moins de 35 ans trouvent les éoliennes « plutôt belles » ou « très belles », alors que 55% des plus de 65 ans les trouvent « plutôt laides » ou « très laides ».

Quand on interroge les sondés sur ce qui permettrait de faciliter l’acceptation, la majorité met en avant la réduction de l’impact environnemental en première position, notamment éloigner les parcs des sites remarquables, réduire leur bruit, réduire leur impact sur la biodiversité et les animaux, et mieux les intégrer dans le paysage.

Volonté de s’impliquer

Pour les citoyens ou les collectivités, les projets éoliens sont une occasion de passer à l’action, de s’impliquer en faveur de la transition énergétique et de favoriser l’appropriation locale. 4 Français sur 10 (37%) déclarent être intéressés par l’investissement d’une partie de leur épargne dans des parcs éoliens qui s’implanteraient à proximité de chez eux, et même près de 6 sur 10 chez les moins de 35 ans (57%).

 

L’enquête a été réalisée en ligne du 28 juillet au 5 août sur un échantillon de 2 708 personnes représentatif des Français de plus de 18 ans, dont 530 des Hauts-de-France et 503 de la région Grand Est, avec une marge d’erreur inférieure à 2,3 points.