40 % du gaz fossile consommé sur le territoire de l’Union européenne vient de Russie. Son transport se fait principalement au moyen de gazoducs. Afin de renforcer la fourniture, notamment à l’égard de l’Allemagne qui en consomme le plus, la Russie a construit une nouvelle canalisation, Nord Stream 2. Conséquence de la guerre en Ukraine, ce projet n’entrera peut-être jamais en service.

Comme Nord Stream 1, opérationnelle depuis 2012, la nouvelle canalisation relie directement la Russie à l’Allemagne en traversant la mer Baltique sur une longueur de 1.230 km. Sa construction qui a coûté 1 milliard de dollars, a été terminée en septembre 2021. Notons que d’autres gazoducs plus anciens approvisionnent également l’Europe depuis la Russie en passant par les Etats baltes, la Biélorussie, l’Ukraine ou la Turquie.

L’arrêt de Nord Stream 2 : conséquence économique de la guerre en Ukraine

Depuis plusieurs mois, le président russe Vladimir Poutine faisait pression sur l’Union européenne par l’intermédiaire de l’Allemagne, afin d’obtenir le feu vert pour la mise en service de Nord Stream 2, dans le contexte des tensions russo-ukrainiennes.

Le chancelier allemand Olaf Scholz avait alors aussitôt répliqué qu’en cas d’invasion de l’Ukraine par les Russes, l’autorisation demandée ne serait pas délivrée. Avec la reconnaissance de l’indépendance de certains territoires ukrainiens par la Russie puis l’invasion des soldats russes en Ukraine le 24 février 2022, l’Allemagne a mis sa menace à exécution et Nord Stream 2 se trouve donc à l’arrêt.

Lire aussi : L’Allemagne et son charbon : mythes et réalités

Un coût financier élevé, mais pas de menace pour l’approvisionnement 

Cette décision entraîne des conséquences financières sérieuses pour le fournisseur d’énergie ENGIE qui a investi dans le projet. La société suisse chargée d’exploiter la nouvelle canalisation aurait déposé le bilan le 1er mars 2022, licenciant les 106 salariés qui travaillaient pour la firme. Toutefois, la société a en partie démenti ces informations et la situation reste donc encore floue.
Notons qu’ENGIE n’est pas le seul à avoir contribué au financement du gazoduc et sont également concernées Shell, deux sociétés allemandes et une autre suisse. La société russe Gazprom, propriétaire de l’installation a également investi à hauteur de la moitié du coût du projet.

Lire aussi : Se chauffer sans électricité, gaz fossile, fioul ou bois ? C’est possible !

 

En ce qui concerne l’approvisionnement, ENGIE a voulu se montrer rassurant dans un communiqué de presse publié le 2 mars 2022. L’énergéticien français a ainsi indiqué se fournir également en Norvège, aux Pays-Bas ainsi qu’aux États-Unis et en Algérie, dans le cadre de contrats de long terme.

Enfin, pour la Russie, l’arrêt de Nord Stream 2 est un coup dur puisque ses exportations de gaz vers l’Europe constituent une source de revenus importante pour le pays. Il peut néanmoins toujours compter sur le marché asiatique dont la demande en gaz augmente depuis la reprise économique.

Lire aussi : Selon plusieurs études scientifiques, l’ajout d’hydrogène dans les réseaux de gaz serait une absurdité

Lire aussi : La fourniture de biométhane en hausse dans l’Union européenne