Déjà dotée de quatre terminaux permettant d’importer du gaz fossile liquéfié (GNL), la France projette la construction d’un terminal supplémentaire pour réduire sa dépendance au gaz russe. Il s’agirait d’une unité flottante installée dans le port du Havre.

L’importation de GNL permet à des États qui ne sont pas reliés par des gazoducs d’être tout de même approvisionnés en gaz. Et pour ceux qui en sont équipés, ils peuvent ainsi compléter leur stock en faisant venir le GNL par bateau.
Le gaz fossile, composé en grande partie de méthane, est liquéfié et refroidi à une température de – 160 °C, ce qui le rend bien moins volumineux, facilitant ainsi son transport.  Celui-ci est effectué par des bateaux appelés « méthaniers » jusqu’à un port qui dispose des infrastructures capables de l’accueillir. La marchandise est ensuite déchargée au sein de terminaux méthaniers qui la stockent. En fonction des besoins, le gaz est regazéifié avant d’être distribué vers les sites de consommation.

Lire aussi : Un consortium projette d’importer de l’hydrogène en Europe

Aider les européens à se passer de gaz russe 

En raison de l’invasion de l’Ukraine, les États européens veulent réduire leur dépendance au gaz fossile russe. Les États-Unis, premier exportateur de GNL ont promis d’aider l’Europe à se passer du gaz russe.

C’est dans ce contexte que la France réfléchit au projet de construction d’un nouveau terminal de GNL dans le port du Havre, ce qui lui permettra d’augmenter ses capacités d’importation de GNL à l’avenir. Déjà pourvue de quatre terminaux méthaniers sur le territoire à Fos-sur-Mer, Montoir-de-Bretagne et Dunkerque, le pays envisage avec ce projet de compléter ce panel.

Lire aussi : Guerre en Ukraine et arrêt de Nord Stream 2 : quelles conséquences pour ENGIE et l’approvisionnement en gaz ?

Lire aussi : Les pistes ne manquent pas pour réduire la dépendance européenne aux énergies russes

Une unité flottante de regazéification 

L’originalité de ce nouveau terminal serait qu’il soit flottant, une première en France. Appelé unité flottante de regazéification, ce dispositif présente de nombreux avantages : possibilité de le déplacer en fonction des besoins, délai et coûts de construction moindres.

Selon le journal Les Échos, ce terminal, demandé par les pouvoirs publics à TotalEnergies permettrait d’importer 3,9 millions de tonnes de GNL par an.
Pour l’instant, le projet n’est qu’au stade de l’étude et en cas de feu vert, il faudra compter entre un et deux ans avant que sa construction ne voie le jour.

Lire aussi : La France projette un 5ième terminal de gaz liquéfié, flottant celui-là

Lire aussi : Produire de l’hydrogène avec le grisou des anciennes mines : c’est possible !