Selon les chiffres publiés ce vendredi par l’Association mondiale de l’énergie éolienne (WWEA), le parc éolien mondial s’est accru de 97,3 GW (gigawatts) en 2021.

Il s’agit d’un nouveau record, après l’augmentation de 92,7 GW enregistrée en 2020. La puissance cumulée de toutes les éoliennes en service sur notre planète dépasse maintenant les 840 GW. Une capacité qui leur permet de fournir plus de 7% de la consommation mondiale d’électricité. D’année en année, cette proportion se rapproche des 10% de la production électrique mondiale assurée aujourd’hui par le nucléaire.

Pour Stefan Gsänger, le secrétaire général de la WWEA, « ce nouveau record nous montre ce que l’industrie éolienne est capable de réaliser, même en temps de pandémie. Le monde est en route vers l’ère des énergies renouvelables, et ce développement devrait même être accéléré par la guerre en cours en Ukraine. Les gouvernements et les peuples du monde entier se tournent vers des énergies renouvelables abordables et des ressources locales qui garantissent l’indépendance énergétique et la paix ».

Lire aussi : Guerre en Ukraine : les actions des énergies renouvelables crèvent les plafonds

La Chine, championne toute catégorie de l’éolien mondial

Avec 55,8 GW de nouvelles turbines, la Chine a installé, à elle seule plus de la moitié des éoliennes mises en service l’année dernière. Elle bat ainsi à nouveau son propre record de 52 GW enregistré en 2020. Cela équivaut à une croissance de 19,4 %. L’Empire du milieu compte désormais 344 gigawatts d’éoliennes en production à travers le pays, soit environ 40% du parc mondial.

En tant que 2e marché mondial pour l’énergie du vent, les États-Unis ont également connu une croissance robuste de 12,5 GW en 2021, bien que nettement inférieure à celle de 2020, lorsque près de 17 GW d’éolien ont été connectés au réseau américain. La capacité éolienne installée aux USA est maintenant proche de 135 GW (soit 16% du parc mondial).

Lire aussi : Les pêcheurs américains sont séduits par le premier parc éolien offshore du pays

Belles performances du Brésil et de la Suède

Loin derrière ces deux leaders, la troisième place sur le podium de la croissance éolienne est occupée par le Brésil qui affiche un accroissement de 18,6% de son parc avec 3,4 GW ajoutés en un an.  Cela fait du pays le champion incontesté de l’énergie éolienne en Amérique du Sud, avec une capacité installée totale de 21,4 GW.

Le parc éolien allemand reste toutefois à la 3e place en termes de puissance cumulée, avec 64 GW, devant l’Inde (40 GW), l’Espagne (28 GW) et le Royaume-Uni (27 GW).
Grâce à une belle croissance de 2,2 GW l’an dernier (soit 22%), la Suède est entrée dans le top dix des marchés éoliens, avec désormais 12 gigawatts de capacité éolienne globale.

Lire aussi : En Suède, une éolienne en bois ouvre la voie d’une production commerciale

La France et la Belgique en perte de vitesse

La France a mis en service 1,1 GW de nouvelles capacités en 2021. Cela représente une augmentation de 6,3% de la puissance de ses parcs. Une « performance » inférieure à celle des années précédentes, qui la maintient quand même au 8e rang mondial en termes de puissance éolienne cumulée.

Lire aussi : Voici les 5 meilleures cartes pour localiser les éoliennes en France

 

En Belgique, 2021 n’a pas été une bonne année pour l’éolien. Avec seulement 99 MW de nouvelles capacités installées, la croissance du parc belge s’est limitée à un faible 2% contre 22% l’année précédente. Cette prouesse remarquable était toutefois uniquement due à la mise en service de plusieurs parcs offshore en 2020. La première zone réservée à l’éolien dans la partie belge de la mer du Nord étant à présent saturée, plus aucune éolienne marine n’y a été installée en 2021. Au total, la puissance cumulée des éoliennes belges plafonnait, fin 2021 à 4,8 GW dont 2,25 GW de turbines offshore.

Lire aussi : La Belgique veut tripler d’ici 2030 la capacité de ses parcs éoliens offshore

Lire aussi : D’ici 2026, la Belgique construira la première île énergétique d’Europe